Mille-feluille de crevettes aux tomates confits

En recherchant une idée pour une entrée j’ai été attirée par cette mille-feuille, que à l’origine était réalisée avec des cigales de mer. Hélas impossible de trouver ce crustacé ici :-(. En fait la seule fois que j’en ai vu en France j’étais à Marseille. Dans ma région elles sont très communes et moi je les adore, exception faite pour la partie de-coquer les cigales qui est très longue (et douloureuse!). Bref j’ai replié sur des crevettes mais je pense que des langoustines auraient été encore plus similaire à l’effet original.

Millefeuilles de tomates et crevettes au basilic

Ingrédients (8 personnes, avec un cercle de 5 centimètres)

  • 16 crevettes
  • 30 grammes de basilic
  • 4 centilitres d’huile d’olive vierge extra

Pour les tomates

  • 1,5 kilo de tomates bien murs
  • 2 gousses d’ail
  • 10 grammes de thym
  • 1 centilitre d’huile d’olive vierge extra
  • sucre
  • sel et poivre
  1. Décortiquer les crevettes, assaisonner-les avec sel, poivre et huile d’olive vierge extra. Les laisser mariner.
  2. Allumer le four 90°. Laver et peler les tomates, les ébouillanter à l’eau pendant 30 secondes en les paissant ensuite sous l’eau froide. Enlever les peaux. Couper les tomates en 4 ou en 6 pour en tirer des quartiers, enlever tous les pépins.
  3. Mettre les tomates dans un grand bol, les assaisonner avec de l’huile d’olive, les gousses d’ail coupées en lamelles, le thym, une cuillère à soupe de sucre, sel et poivre. Bien distribuer l’assaisonnement partout et étaler les tomates sur une (ou plus, pour moi 2) plaque à four couverte de papier sulfurisé. Les laisser confire pendant 90 minutes. Laisser ensuite refroidir.
  4. Au moment de servir ébouillanter les feuilles de basilic en eau bouillante pendant un minute, essorer et immerger immédiatement dans de l’eau glacée. Mixer-le avec le reste de l’huile d’olive.
  5. Construire le plat. A l’aide d’un petit cercle (le mien 5 centimètres) construire un étage de tomates confites, poser deux crevettes dessus, finir avec un autre étage de tomates. Enlever le cercle et, au moment de servir, finir avec quelques gouttes d’huile au basilic et quelques tours de poivre du moulin.

Mille feuille de tomate making of

Publié dans Apéro, Entrée | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Tarte aux blettes cacahuètes et mozzarelle, presque une pizza

Notre Amap est extraordinaire pour la richesse de légumes, leur variété, l’abondance que nous connaissons depuis des années et malgré des difficultés importantes à la fois météorologiques et personnelles que nos maraîchers ont traversés et traversent. Cette semaine le panier était un vrai festin et un grand bouquet de blettes était bien en évidence. Une partie pour moi est allée au congélateur, déjà bien coupée et prête à cuire, l’autre je vais vous la raconter dans ce billet…

Tarte aux blettes

Ingrédients (6/8 personnes, moule de 26 centimètres)

  • une pâte feuilletée (si vous avez envie de la faire vous même cliquer sur celle de Christophe Felder, super bonne)
  • 1 kilo de blettes
  • une poignée de cacahuètes
  • 250 grammes de mozzarelle
  • 1 oignon rouge
  • huile d’olive vierge extra
  • sel et poivre
  1. Chauffer le four 180°
  2. Laver les blettes, couper les tiges en morceaux d’environ 2 centimètres et les feuilles en morceaux
  3. Chauffer deux cuillères d’huile d’olive dans une poêle et y faire revenir l’oignon haché finement, sans le brûler. Ajouter les tiges des blettes, laisser aller 10 minutes à feu vif. Ajouter les feuilles, laisser cuire encore quelques minutes, saler et passer quelques tours de poivre. Laisser refroidir.
  4. Mettre la pâte à tarte dans un moule. Disposer les blettes partout, parsemer de cacahuètes.
  5. Couper la mozzarelle en tranches fines, disposer les tranches sur la tarte. Mettre au four et laisser cuire pendant 30 minutes. Attention à ne pas faire comme moi, ma mozza c’était un petit peu trop cuite. Éventuellement couvrez avec une feuille d’aluminium les dernier 10 minutes et enlevez-le juste 2/3 minutes avant de sortir la tarte, question de bien lui redonner le craquant.
Publié dans Apéro, Entrée | Tagué , , , , | 2 commentaires

Courgettis au pesto et tomates fraiches

Encore ces spaghettis de courgettes qu’on a vu partout cet été mais avec les belles tomates, le basilic et les courgettes du panier le goût est vraiment spécial.

Spaghetti di zucchine al pomodoro e pesto

Ingrédients (2 personnes)

  • 2 belles courgettes si possible longues et fines
  • 1 grosse tomate bien mure
  • une botte de basilic
  • une gousse d’ail
  • une demi tasse d’huile d’olive vierge extra
  • une poignée de pignons de pin
  • parmesan
  • sel, poivre
  1. Couper les courgettes en spaghetti avec la mandoline
  2. Faire un pesto : mettre dans un mortier (ou dans un petit mixeur mais ça sera moins bon) le basilic, les pignons de pin, l’huile d’olive, une bonne prise de sel. Mélanger jusqu’à obtenir une crème.
  3. Couper la tomate en petits dés.
  4. Disposer dans une assiette les spaghetti. Assaisonner avec une cuillère à soupe de café, bien mélanger. Disposer quelques tomates sur la surface. Verser la moitié du pesto sur les tomates, donner quelques tours de poivre, parsemer de parmesan. Servir.
Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Comment réaliser un parfait poulet rôti (comme à la rôtisserie)

Je pense que après maint poulet plus ou moins bien réussi, la je tiens en fin THE recette du bon poulet rôti, celui qui pourrait remplacer le jamais trop regrettée « poulet de la brésilienne d’Avon » qui était, historiquement, le poulet considéré comme le numéro 1 en absolu en famille…dans l’attente que la brésilienne ré-ouvre sa rôtisserie, après l’incendie qui l’a frappée, on fera et refera ce poulet qui a eu un grand grand succès. La peau était croquante, la chair onctueuse, tendre et pas du tout sèche, le sel impeccable, le mélange de parfums aromatiques unique…et je ne vous raconte pas le parfum à la cuisson.

wpid-wp-1440083304837.jpeg

Lire la suite

Publié dans Plat principal | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Pâtisson farcis aux lentilles et cacahuètes

J’ai déjà eu l’occasion de dire que les pâtissons et moi nous ne sommes pas trop copains…je n’arrive vraiment pas à lui trouver autres mérites que sa jolie forme qui satisfait le côté esthétique mais après, quand je l’ai en bouche, qu’il est fade, aqueux et sans saveur…la c’est un énième tentative de le rendre plus vif mais bon… la farce est délicieuse, mais la coque non, je n’arrive vraiment pas à l’apprécier. Recette pour vrais amateurs de pâtissons :-) !

Patisson

Lire la suite

Publié dans Accompagnement, Entrée | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Chips de chou kale (ou chou noir) aux épices

Le kale, comme toutes les crucifères, c’est une vraie minière de bonnes choses pour la santé. Je sais qu’il faudrait le cuire à la vapeur pour en profiter pleinement, ou, à la limite, le manger cru comme on fait en Italie, en salade, mais ces chips, qu’on voit depuis un moment se promener sur le net et dans les magasins de nourriture bio, étaient trop tentantes…Et voici quelques unes des propriétés de ce légume: il facilite la sécrétion des acides biliaires générant une baisse du taux de cholestérol, il contribue à baisser le risque de cancer de la vessie, du sein, du côlon, de l’ovaire et de la prostate, il aide la détoxication de l’organisme; au travers de ses 45 flavonoïdes le kale peut aussi jouer un rôle très important dans la desiflammation de l’organisme et dans la réduction du stress oxydatif.   Sur le net j’ai trouvé des recettes très intéressantes avec la machine pour déshydrater les légumes et les fruits mais moi j’en ai pas. J’ai donc utilisé le four traditionnel, j’ai bien parsemé mes chips d’épices, pour accompagner un vin rouge bio en apéro. Super bonnes et en pensant à toutes ces extraordinaires propriétés on le prend comme si elles étaient un médicament…en se mentant sans honte sur le fait qu’elles  restent quand même des chips :-).

wpid-2015-08-16-18.56.20.jpg.jpeg

Chips de chou kale aux épices

Ingrédients (apéro, pour 4 personnes)

  • les feuilles d’un chou kale
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à café de curry
  • 1 cuillère à café de paprika fumée
  • 1/2 cuillère à café de fleurs de sel de Guérande
  1. Allumer le four 140°
  2. Laver le kale, séparer les feuilles et, à l’aide des ciseaux, couper des parties des feuilles, en forme de chips, en enlevant la partie centrale des feuilles
  3. Préparer la marinade. Dans une tasse à café mélanger l’huile d’olive, les épices, le sel
  4. Mettre les feuilles de chou dans un bol, arroser avec la marinade et bien mélanger, pour que toutes les feuilles en soient bien couvertes.
  5. Poser sur une plaque couverte de papier sulfurisé et laisser cuire une vingtaine de minutes à four bien chaud. A la sortie les chips doivent être bien croquantes (ben oui, c’est des chips)

Publié dans Apéro | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Quiche thon et piperade de Pariès…la précision et les livres de cuisine (avec petit coup de gueule)

Bien sur je ne pouvais pas repartir de St. Jean sans m’être acheté le livre de Pariès, un des meilleurs pâtissier de la ville et sans doute le meilleur producteur de gâteau basque (version cerise, car je préfère Adam ou même Etchebaster pour celui à la crème pâtissière, celle de Pariès je la trouve trop chargée en rhum). Donc déjà une petite suggestion sur ce livre : achetez-le chez le bouquiniste de la Rue Gambetta et non pas si chez le libraire de la place Louis XIV et non plus chez Pariès lui même…il vous coûtera 10 euros de moins :-). Les photos sont belles et les recettes ont l’aire très appétissante…mais j’ai déjà eu plusieures déceptions par ce livre. Déjà sur toutes les recettes « historiques » (genre justement le fameux gâteau) dans le livre il y a des recettes « simplifiées ». Et la je ne suis pas contente. Monsieur Pariès, laissez moi faire des désastres, laissez moi faire les quatre coins du monde pour trouver exactement l’ingrédient qu’il faut pour faire comme vous, laissez moi pleurer face a des consistances pas vraiment agréables, des couleurs redoutables et des goûts pas réussis…laissez moi me casser la tête pour mesurer exactement les 3,14…grammes d’œufs que vous me dites mettre dans votre crème pâtissière, laissez moi me dire que sans école de cuisine je ne suis pas capable et je suis seulement une nulle amatrice qui se prend pour n’importe qui à cause de la banalisation du métier mais (M****) DONNEZ MOI LES VRAIES RECETTES!!! Si non, si question secret professionnel vous êtes un petit peu « sciuretta » (petite dame milanaise d’antan, au collier à perle et au serre-tête en velours, avec ses recettes de famille que non, jamais elle vous donnera) évitez de me demander quelques 20 euros pour acheter votre livre où je trouve la même recette de gâteau basque que je trouve dans le « guide de la cuisine basque » du 1958 avec une photo mal faite toutes les dix pages, édition en brochure, 1,90 euros. Parce que en faisant comme cela je me sens un petit peu mal traitée…traitée d’enfant nul quoi, d’incapable, de touriste à plumer. Et en plus moi j’achète votre livre parce que les pays Basques me manquent et les saveurs de votre pâtisserie en sont une partie essentielle…Après on peut toujours me dire « tu n’a qu’aller au magasin de Paris et voila »…mais bon non, moi je veux que quand j’achète un livre l’auteur soit loyal et qui me respecte…Mais la déception sur cette recette est encore plus particulière…donc je choisis cette quiche pour commencer à expérimenter et voila, la recette à page 182 et, dans la recette de la pâte brisée Pariès me dit « voir la recette de la pâte brisée à page 182″…hein???. Et je me dit « bon une faute n’est pas à condamner, la recette sera ailleurs…et ben non, elle n’y est pas, elle n’est nulle part dans le livre. Et donc je prends la recette de Felder, valeur sur, mais je suis mal disposée…quand on vend un livre si leché, et si joli,  à partir de sa couverture aimantée aux dessins basques, il faut après un effort d’édition (au minimum, si ça n’est pas de rédaction). Christophe Felder, je ne vais jamais plus trahir votre merveilleuse pâte à quiche…même si pour une fois j’aurais voulu essayer quelques chose de différent. Donc, cette quiche je l’ai appelée en effet « de Pariès » mais elle est de Felder, Pariès et Silvia en effet…Pariès « pur » à une autre fois, je vais expérimenter le béret basque mais gare à vous, après pour votre livre sera la poubelle directe :-)

Quiche thon et piperade Pariès

Lire la suite

Publié dans Apéro, Quiche | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires