Galettes de courgettes au saumon et ricotta

Aujourd’hui, je vous présente une délicieuse galette de courgettes au saumon et à la ricotta, qui est parfaite pour un déjeuner ou un dîner léger même à préparer à l’avance. Elle est très facile à préparer et ne nécessite que quelques ingrédients simples. Il s’agit aussi d’une recette sans gluten et adaptée si vous suivez un régime. Vous allez adorer le mélange de saveurs dans cette recette!

Ingrédients (9 galettes, emporte pièce de 7 centimètres de diamètre)

  • 2 belles courgettes
  • 100 grammes de flocons d’avoine
  • 1 œuf
  • sel et poivre 
  • 150 grammes de ricotta
  • 100 grammes de saumon fumé
  • huile d’olive
  • persil et ciboulette
  1. Râper les courgettes. Les saler, les laisser perdre leur eau dans une passoire pendant une quinzaine de minutes. Fini ce temps prenez un torchon propre et les essorer en les serrant très fort dans le torchon pour enlever le plus que possible d’eau.
  2. Mettre les courgettes dans un bol, ajouter l’œuf, les flocons d’avoine, saler et poivrer. Le mélange doit être assez ferme mais pas sec.
  3. Sur une plaque allant au four  et badigeonnée d’huile d’olive, à l’aide d’une emporte pièce former les galettes en déposant deux cuillères à café dans l’emporte pièce et en pressant légèrement avec le fond d’un verre pour donner la forme. 
  4. Allumer le four à 180° pour le réchauffer, cuire les galettes d’abord d’un côté pendant 10 minutes et après les retourner et les laisser encore une dizaine de minutes. Les retirer du four.
  5. Mettre les galettes sur le plat de service. Travailler brièvement la ricotta avec une fourchette, rajouter les herbes hachées, le sel, le poivre, une goutte d’huile d’olive. 
  6. Déposer une cuillère à café de ricotta sur chaque galette, couper une petite lanière de saumon et la déposer sur la ricotta. Avant de servir passer encore un filet d’huile d’olive sur les galettes décorées.  
Publicité
Publié dans Apéro | Tagué , , , , , , | 4 commentaires

Chou-fleur au safran, oignons et raisins secs Ottolenghi

Inutile que je redise et je redise mon admiration absolue pour les créations d’Ottolenghi. Apparemment simples mais avec des nuances de saveurs très complexes, une utilisation des légumes riche et créative qui rend chaque plat une découverte, une surprise une explosion de saveurs. Et son livre de cuisine végétarienne pourrait être un des pas vers le choix de ce type de régime, tant toutes les recettes sont attirantes. Chaque fois je ne regrette pas de les avoir choisies, en plus qu’elles sont décrites parfaitement, pas comme dans d’autres livres de cuisine des grands chefs où il y manque à chaque fois un ingrédient ou un passage et les recettes semblent y être pour envoyer le meta-message « regarde bien petite mouche de toute façon tu ne pourra jamais la réaliser ». Bref encore une fois je vous propose une des ces merveilleuses créations, qui vous fera voyager loin avec toutes ses nuances épicées et végétales.

Ingrédients (4 personnes)

  • une demie cuillère à café de brins de safran
  • 1 litre d’eau bouillante
  • 1 gros chou-fleur divisé en bouquets 
  • 2 oignons rouges en tranches
  • 75 grammes de raisins secs faits revenir dans de l’eau pour les réhydrater
  • 75 grammes d’olives vertes denoyautées
  • une poignée de câpres
  • 2 feuilles de laurier
  • Persil haché
  • huile d’olive, sel et poivre noir 
  1. Alllumez le four à 180°.
  2. Mettez les brins de safran dans un bol et versez dessus l’eau bouillante. Laissez infuser quelques minutes et puis versez le safran et l’eau dans un grand saladier. Ajoutez le reste des ingrédients, sauf le persil, et mélangez bien le tout avec les mains. Laisser infuser quelques minutes.

  3.  Transférez le mélange dans un grand plat allant au four, couvrez de papier d’aluminium et mettez au four. Laissez cuire pendant 40 à 45 minutes, ou jusqu’à ce que le chou-fleur soit tendre mais encore un peu ferme. A mi cuisson sortez la plaque, mélangez, enlevez l’aluminium et remettez au four pour sécher un peu et faire caraméliser l’oignons.

  4. Une fois le chou-fleur cuit sortir du four, laisser refroidir, régler du sel et du poivre, parsemer de persil et servir tiède ou froid.

Publié dans Apéro, Entrée | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Socca aux champignons

Je ne connaissais pas le socca, je l’ai découvert dans un livre d’Ottolenghi (je sais je deviens monotone) et j’ai adoré! Le socca est une spécialité culinaire de Nice. En fait il s’agit d’une espèce de galette à base de farine de pois chiches et j’ai trouvé qu’elle aurait été parfaite servie en entrée. Les champignons lui apporte une touche vraiment intéressante de saveur supplémentaire et la compote d’oignons relève le tout. Tout le monde à adoré!!

Ingrédients (4 socca d’environ 12 centimètres de diamètre chacune)

  • 200 grammes de farine de pois chiches
  • 50 centilitres d’eau
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive vierge extra
  • 300 grammes de champignons de Paris coupés en lamelles
  • 1/2 verre de vinaigre balsamique
  • 3 oignons rouges assez gros
  • Sel et poivre
  • Huile d’olive pour la cuisson
    1. Commencez par préparer la pâte à socca en mélangeant la farine de pois chiches avec l’eau et l’huile d’olive. Ajoutez une pincée de sel et de poivre, puis mélangez bien pour obtenir une pâte homogène. Laissez reposer la pâte pendant au moins 30 minutes.
    2. Pendant que la pâte repose, préparez les champignons. Nettoyez-les et coupez-les en fines tranches.
    3. Dans une poêle, faites chauffer un peu d’huile d’olive et faites revenir les champignons et l’ail à feu moyen pendant environ 15 minutes, jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés. Salez et poivrez.
    4. Préparer la compote d’oignons. Couper les oignons en lamelles fines, faire chauffer une cuillère d’huile d’olive dans une poêle, ajouter les oignons et laisser cuire une vingtaine de minutes à feu vif. Ajouter un demi verre de vinaigre balsamique, déglacer, baisser le feu et laisser aller encore environ une heure.
    5. Pour cuire le socca, faites chauffer une poêle en fonte ou une plaque patissière à 220°C. Versez un peu d’huile d’olive dans la poêle chaude et versez la moitié de la pâte à socca. Étalez la pâte pour couvrir tout le fond de la poêle, puis enfournez pendant environ 10 à 15 minutes, jusqu’à ce que la socca soit bien dorée et croustillante. Repeter l’opération jusqu’à quand la pâte à socca est terminée.
    6. Quand les socca sont cuites ajouter la compote d’oignons sur le fond et une/deux cuillères à soupe de champignons. Repasser quelques minutes dans le four et servir aussitôt.

    Publié dans Apéro | Tagué , , , | 6 commentaires

    Cuisiner les restes: Pâtes au ragout de sanglier

    Je partage ces pâtes que j’ai faites il y a quelques semaines car j’ai pensé qu’il pourrait être utile de suivre la suite de l’histoire de mon épaule de sanglier – délicieuse, super délicieuse ! ! – dans ce post (cliquez) la recette même si l’épaule en question de ce billet est plus récente. Même si on est nombreux à dîner, même si on mange beaucoup, une épaule de sanglier de trois kilos, ce n’est pas vraiment une affaire facile à finir… et donc après avoir fait deux repas copieux, dont un avec des invités avec l’épaule, il restait le problème de la grosse marmite avec l’os et beaucoup de viande coincée dans le frigo. Dans le garde-manger, j’ai trouvé ces pâtes de Gragnano que j’avais pensé préparer avec une sauce aux calamars (ça s’appelle pas calamarata pour rien 🙂 ) et j’ai eu envie de l’essayer avec mes restes de sanglier. Je la partage car si vous aussi vous vous retrouvez avec des restes de rôtis à écouler, c’est une super idée pour les recycler.

    Ingrédients (pour 4 personnes)

    • Environ 600 grammes de restes de rôti de sanglier
    • 320 grammes de pâtes « calamarata » de Gragnano
    • Huile d’olive, sel, poivre
    1. La recette est très simple car on part d’un reste :-). Prenez vos restes d’épaule de sanglier, coupez les en petits morceaux, y compris les légumes qui ont cuit avec.
    2. Au fond d’une poêle mettre un peut du fond de cuisson du rôti. Faire chauffer bien, éventuellement en ajoutant une cuillère à soupe de concentré de tomate si le tout vous semble un peu sec.
    3. Entretemps faire bouillir une grande casserole d’eau, cuire les pâtes en suivant les instructions du paquet. 
    4. Les retirer et égoutter une minute avant la fin du temps, prélever quelques cuillères à soupe d’eau de cuisson et les mettre dans la poêle avec le sanglier, mettre les pâtes égouttées dans la poêle, les retourner bien et donner quelques tours de poivre pour finaliser. Servir aussitôt
    Publié dans Pates, Plat principal | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

    Ravioli au jaune d’œuf et cèpes

    Que puis-je dire de ces raviolis, si ce n’est qu’ils sont l’une des choses les plus superlatives que j’ai cuisinées depuis au moins un an ? Et que, hélas, comme cela arrive souvent, que ce soit à cause des invités au dîner, ou de la mauvaise lumière, ou de la hâte de mordre dedans et de les goûter, je n’ai pas pris le temps de prendre une photo qui ne soit pas jolie, ce que je ne sais pas faire de toute façon, mais qui pourrait au moins rendre justice à la beauté et à la bonté de ce plat, mais aussi à la technique utilisée pour le faire. Mais bon, les photos sont ce qu’elles sont, la lumière était faible et mes compétences photographiques comme d’habitude limitées, même si je dis depuis le début du blog que je vais prendre un cours de photographie. Et je crains que ces piètres photos ne vous découragent de tenter un plat qui, même s’il présente techniquement quelques petites difficultés, reste très accessible et qui ne manquera pas de faire beaucoup d’effet une fois apporté à table. Un autre regret, cette fois-ci non pas esthétique mais purement gustatif : avec un petit râpage de truffe ces raviolis n’auraient pas été parfaits, mais bien plus… une incitation à les refaire rapidement, avec de meilleures conditions de lumière et en ayant trouvé une petite boule de truffe pour les compléter dignement…

    Ces raviolis sont le cheval de bataille d’un grand restaurant, le San Domenico à Imola (et je le dis avec beaucoup de fierté puisque c’est ma ville natale). La recette suivante est partiellement inventée par moi, mais l’idée ingénieuse de placer un jaune d’œuf cru à l’intérieur de la farce et de refermer le ravioli puis de le cuire immédiatement n’est certainement pas originale (oui, j’aurais aimé avoir une telle idée !!). C’est l’une des difficultés techniques. Ne les faites pas un soir où vous avez beaucoup d’invités car je ne sais pas comment ils s’y prennent dans les restaurants, mais pour moi c’était vraiment difficile de fermer les raviolis et de les cuire tout en continuant à discuter avec les invités (vive les cuisines ouvertes !) pour ensuite les tremper dans le beurre et la sauge et les servir. Bref j’ai un peu stressé, mais tout s’est bien passé, les jaunes ne se sont pas cassés, la cuisson était parfaite et l’effet scénique a fonctionné 🙂

    Ingrédients (pour 4, en tout 2 grands raviolis par personne)

    Pour la pâte faite maison

    • 2 œufs moyens
    • 200 grammes de farine

    Pour la farce

    • 400 grammes de cèpes (hélas surgelés)
    • 200 grammes de ricotta
    • 8 jaunes d’œufs (avec les blancs vous pouvez faire, par exemples, une pavlova, ou une omelette espagnole…)
    • environ 50 grammes de parmesan
    • huile d’olive, sel et poivre
    • une belle noix de beurre
    • quelques feuilles de sauge
    1. Préparer la pâte: dans le robot mélanger la farine avec les œufs jusqu’à obtention d’une boule lisse et ferme. Réserver au frigo une demie heure.
    2. Dans une poêle mettre les cèpes à cuire avec deux cuillères d’huile. Saler abondamment et laisser aller une vingtaine de minutes, ou de toute façon quand elles vous sembleront cuites.
    3. Prélever de la poêle la moitié des cèpes, laisser les autres dans la poêle. 
    4. Couper les cèpes que vous avez prélevé avec un couteau, assez fines. Les mettre dans un robot avec la ricotta bien égouttée et le parmesan et les travailler pour obtenir une crème lisse et pas liquide (éventuellement rajoutez un peu de parmesan mais attention a ne pas exagérer si non tout aura la même saveur). Mettre l’appareil dans une poche à douille avec un bec de 0,5 centimètre. 
    5. Avec la machine à pâte obtenir des lanières. 
    6. Mettre une grande casserole pleine d’eau chaude salée à bouillir  
    7. Ici c’est la partie un peu difficile. Couper les lanières en carreaux qui puissent se surposer. Au centre de chaque carreau faire une couronne avec la farce à l’aide de la poche à douille. Renfermer bien la couronne. Au centre, dans le trou de la couronne de farce aux cèpes, casser un œufs, réserver le blanc ailleurs et poser délicatement le jaune en faisant attention qu’il ne se casse pas. Prendre un autre carreau de pâte et très délicatement bien renfermer le ravioli. Passer une fourchette partout dans les bords. Si la fermeture est difficile gardez une petite tasse d’eau à côté et imbibez le doigts régulièrement dedans et passez le sur la pâte, là ou vous allez la clore, pour qu’elle tienne mieux. 
    8. Une fois les 8 raviolis prêts mettez les à bouillir pendant trois/quatre minutes dans la casserole d’eau chaude. 
    9. Cependant dans une grande poêle faire fondre le beurre avec la sauge. Faire sortir les raviolis de l’eau à l’aide d’une écumoire, et les plonger dans le beurre quelques minutes. 
    10. Composez les assiettes en mettant une/deux cuillères des cèpes que vous avez précédemment réservées, deux ravioli pour chaque personne, en distribuant un peu de beurre fondu dessous, en donnant quelques tours de poivre. 
    Publié dans Pasta | Tagué , , , , , | 4 commentaires

    Quiche brocoli saumon avec pâte au sarrasin

    « Aujourd’hui, je vous présente une recette délicieuse de quiche aux brocolis, saumon et pâte au sarrasin. Cette quiche est non seulement délicieuse, mais également saine et nourrissante. Le saumon apporte des oméga-3 et des protéines, tandis que les brocolis fournissent des fibres et des vitamines. La pâte au sarrasin est une alternative plus saine à la pâte traditionnelle à base de farine de blé, ce qui en fait un choix parfait pour ceux qui cherchent à limiter leur consommation de gluten. Alors, sans plus tarder, passons à la recette! »

    Je voulais faire une petite expérience… qui peut deviner ? La partie entre les guillemettes n’est pas de mon fait, j’ai demandé au célèbre ChatGPT une intro pour un billet de blog de cuisine pour une quiche au saumon et brocoli avec des pâtes au sarrasin. Et voici le résultat… Vous pouvez dire que ce n’est pas mon style ? En le relisant, je n’en suis pas si sûr. En tout cas, dans mes intro, je parle davantage de ma vie quotidienne et je donne peu d’informations sur les ingrédients, donc cela améliore l’utilité de l’intro en fait :-). J’ai fait plus d’expériences ces derniers temps et l’une d’entre elles m’a choquée, comme diraient mes filles maintenant adolescentes. J’ai mis le titre de quelques dissertations que j’ai demandé à mes étudiants de faire en fin de semestre et qui ont été notées pour former leur moyenne générale, et là le choc est que je ne suis pas sûr de pouvoir faire la différence entre une dissertation d’un étudiant moyennement motivé et s’en tenant au générique et une dissertation écrite par l’IA…je ne peux pas faire à moins de me demander où tout cela va nous emmener (ah quelle questionnement boomer, comme diraient, encore une fois, mes filles!).

    Dans tout cela, nous pouvons maintenant revenir à cette quiche délicieuse et facile à faire. Dans la pâte brisée au sarrasin, j’ai saupoudré une poignée de graines de sésame: avec son croquant, elle offre le contraste parfait avec le moelleux de la garniture. Les saveurs se marient très bien, il fait encore froid mais je la verrais bien participer à une pique nique sur l’herbe au début du printemps :-), possibilité qui n’a pas encore été intégrée dans l’élaboration de ChatGPT.

    Quiche broccoli saumon

    Ingrédients (moule 20 cm)

    Pour la pâte

    • 200 grammes farine T65 bio
    • 100 grammes farine de sarrasin
    • 100 grammes de beurre
    • 1 pincé de sel
    • Eau (environ 3 cuillères à soupe, vous verrez quand la pâte a atteint la consistance que vous désirez)
    • Une poignée de graines de sarrasin toastés

    Pour la farce

    • 1 brocoli moyen
    • 400 grammes de filet de saumon sans peau
    • 3 œufs
    • Un verre de lait (environ 100 ml)
    • 60 grammes de parmesan
    • sel et poivre
    1. Mettre les farines et le beurre dans un robot et sabler à vitesse moyenne. Ajouter les autres ingrédients et pétrir jusqu’à former une boule lisse assez ferme. Ne travaillez pas longtemps car la pâte ne doit pas trop se chauffer. Laisser reposer la boule une demie heure au frigo. 
    2. Finie la demie heure, à l’aide du rouleau à pâtisserie, baisser la pâte sur une hauteur de 3mm. sur une feuille de papier sulfurisé. Poser le tout dans le moule, donner la forme à la tarte. Je n’ai pas, exprès, coupé les bords car je voulais donner un aspect rustique mais n’hésitez pas à enlever l’excès et en faire des biscuits d’apéro 🙂
    3. Cependant cuire les brocoli à la vapeur (environ 9 minutes) et le saumon au four environ 14 minutes. 
    4. Dans une jatte battre les œufs avec le lait, ajouter le parmesan, régler le sel et le poivre.
    5. Monter la quiche. Reprendre la base, mettre sur le fond le saumon cuit et émietté, poser les brocolis bien divises sur le saumon ajouter l’appareil. 
    6. Mettre dans le four environ 40 minutes à 180°. Avant de démouler laisser refroidir. Servir tiède ou froide avec une salade. 
    Publié dans Entrée | Tagué , , , , , | 5 commentaires

    Gâteau superfacile ricotta, noisettes, chocolat

    Mettons que vous voulez préparer un dessert vraiment en vitesse mais aussi super bon…ou que vous vouliez quelque chose d’original à servir pour le gouter, le petit déj, ou aussi un brunch. C’est gâteau est pour vous. Les noisettes avec le chocolat lui donnent comme un gout de Nutella et la ricotta le rend moelleux et humide, la vanille lui donne la touche finale avec son parfum régressif. Bref, qu’attendez vous à le faire? 

    ricotta-cioccolato

    Ingrédients (moule 24 centimètres)

    • 250 grammes de ricotta
    • 100 grammes d’huile de tournesol
    • 2 Œufs
    • 200 grammes de farine
    • 100 grammes de gouttes de chocolat noir (ou chocolat haché grossièrement)
    • 150 grammes de sucre
    • les graines d’une gousse de vanille
    • une cuillère à café de levure chimique
    1.  Préchauffer le four à 180°C et tapisser un moule à gâteau avec du papier sulfurisé. 

    2. Versez les jaunes d’oeuf, l’huile de tournesol et le sucre dans un grand bol. Mélanger bien les ingrédients. Laisser les blancs à côté. 

    3. Ajouter la ricotta et mélanger à nouveau jusqu’à obtenir une consistance lisse

    4. Ajouter la farine, la levure, les graines de la gousse de vanille, les noisettes hachées et reduites en poudre tout en continuant à mélanger. 

    5. Monter les blancs en neige ferme et les ajouter à l’appareil dans le bol petit à petit
    6. Ajouter les gouttes de chocolat. 

    7. Verser maintenant dans le moule, égaliser et mettre au four pendant 35/40 minutes. Attendre 10 minutes, à la sortie du four, pour démouler. Pulvériser de sucre glace. 


    Publié dans Entrée | Tagué , , , , | 3 commentaires

    Pommes de terre écrasées au saumon et burrata

    J’avais vu cette recette maintes et maintes fois sur Instagram et je me demandais depuis un moment quand la réaliser. J’avais vu plusieurs versions de ce plat, avec de nombreux ingrédients, et elles avaient toutes l’air délicieuses mais, bien sûr, lorsque j’ai décidé de le faire, il était tard, j’attendais des invités pour un apéritif et j’avais peu d’ingrédients à la maison. Alors je l’ai fait avec ce que j’avais dans le frigo ! Mais ces écrasées de pommes de terre qui deviennent une plateforme sur laquelle on dépose de bonnes choses, un peu comme des canapés de pain, sont vraiment délicieuses et inspirantes… pas de limites ou presque aux différentes garnitures, et une découverte : elles se prêtent très bien à des préparations de type « placard » avec des légumes, de la charcuterie, du poisson, des restes de fromages comme dans mon cas cette fois ci (mais la prochaine fois, ce sera une variation avec des crevettes pour moi) et tout ce que vous voulez !

    Ingrédients (une quinzaine de pièces)

    • 8 pommes de terre moyennes
    • huile d’olive
    • épices et herbes
    • saumon
    • burrata
    • sel et poivre
    1. Cuire à l’eau les pommes de terre. Surtout ne pas les peler!
    2. Quand elles ont refroidi les couper à moitié dans la partie la plus courte. Mettre une feuille de papier sulfurisé sur une plaque allant au four.  Huiler le fond. Allumer le four. 
    3. Poser chaque moitié de pomme de terre avec la face coupée sur le papier. Avec le fond d’une tasse à thé écraser la pomme de terre pour qu’elle devient d’une hauteur d’un centimètre environ. Répéter avec toutes les pommes de terre. Irrorer d’un filet d’huile d’olive, saler et assaisonner avec les épices les plus adaptés à votre préparation d’après.
    4. Mettre sous le gril du four et laisser environ 10 minutes, ou jusqu’à quand une croute se sera formée sur les pommes de terre.
    5. Décorer. Moi j’ai mis une tranche de saumon fumé, une cuillère à soupe de burrata sur chaque tranche, ajouté un filet d’huile d’olive, un peu d’épices (pou moi du zaatar). Repasser au four pendant un ou deux minutes. 
    6. Servir aussitôt. 
    Publié dans Entrée | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

    Salade de lentilles aux aromates

    Je vous avais promis que la période post-fêtes serait celle des plats beaucoup plus délicats et cette salade de lentilles est débordante de légèreté. Je l’ai utilisé comme un « amuse bouche » mais en fait, en variant les quantités, cela pourrait aussi devenir un plat principal, pratique par exemple à emporter au bureau car il est prêt rapidement et facile à transporter. La salade est pleine d’arômes et de saveurs et cette variété fait que vous ne regretterez pas les plats plus lourds, le secret est dans le dressing !

    Ingrédients

    • 200 grammes de lentilles sèches bio 
    • Une cuillère à café de bicarbonate de soude
    • Herbes (pour moi persil, ciboulette, aneth, une feuille de menthe, le tout par miracle encore vivant dans mon jardin)
    • 1/4 de poivron rouge
    • 10 grammes de câpres
    • Une cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne
    • Un demi verre de vinaigre de cidre
    • Un demi verre d’huile d’olive vierge extra
    1. Cuire les lentilles 20 minutes à partir de quand l’eau se met à bouillir, dans 3 fois leur volume d’eau froide, avec une cuillère à café de bicarbonate de soude pour utilisation alimentaire et du sel. Bien les égoutter.
    2. Pendant que les lentilles cuisent préparer la vinaigrette. Mettre dans un bol les herbes ciselées, le poivron haché, les capres, le vinaigre, l’huile d’olive et la moutarde. Bien mélanger pour obtenir une crème. 
    3. Quand les lentilles ont refroidi les asperger avec la sauce. Réserver au froid pendant au moins une demie heure pour que la sauce prenne bien. Je les ai servie en amuse bouche mais elle peuvent aller de l’accompagnement au plat principal d’un repas healthy. 
    Publié dans Accompagnement | Tagué , , , , , , | 8 commentaires

    Pintade chaponnée rôtie au vin

    Mais qu’est-ce que cette pintade chaponnée ? C’est exactement la question que nous nous sommes posé en faisant défiler la liste appétissante de la volaille festive de notre volailler… J’ai regardé Matthieu avec méfiance car il m’avait déjà ramené une fois un énorme vieux canard (vous pouvez voir l’histoire ici) et je craignais un bis. Le chapon me rappelait le bouillon et je cherchais une volaille plutôt à rôtir. En cherchant à droite et à gauche sur le net, je suis tombé sur ce site lapintade.eu qui m’a éclairée et rassurée avec son explication presque scientifique sur le volatile « Le chapon de pintade est une volaille élevée de manière à offrir une viande et des repas les plus généreux possible. Malgré ce que l’on pense, le chapon est une pintade classique. Elle est castrée au bout de maximum 13 semaines d’élevage ce qui rend le chapon plus grand et gros qu’une pintade traditionnelle. » De quoi me rassurer par rapport à la tendresse de la viande et au fait qu’on pouvait la cuisiner tranquillement rôtie.

    Je sais que les fêtes sont passées et que maintenant c’est l’heure des plats légers et pleins de vitamines …j’ai reçu en cadeau par la couple de New Yorkais avec lesquels nous avons échangé la maison et qui ont habité chez nous à Noel, un fabuleux livre de recettes veggie d’Ottolenghi, vous en entendrez parler si le travail ne me fais pas rentrer tout de suite dans un tunnel…mais bref, avant de divaguer sur Ottolenghi je voulais vous dire que la viande de pintade est très maigre et que cette façon de la cuire la met vraiment en valeur, et qu’elle peut devenir tranquillement un plat délicieux pour un dîner entre amis, pas besoin d’attendre Noel prochain pour la réaliser.

    Ingrédients (volaille de 2,5 kilos)

    • Une pintade chaponnée vidée et préparée 
    • Un demi litre de vin rouge de moyenne qualité
    • 5 gousses d’ail en chemise
    • Romarin et sauge
    • Huile d’olive vierge extra
    • 500 grammes de carottes
    • 500 grammes d’oignons
    • Sel 
    1. Préparer la pintade. La laver, la sécher avec un sopalin, la masser avec de l’huile d’olive et du sel. 
    2. Dans une grande casserole allant au four mettre un fond d’huile d’olive vierge extra, deux oignons coupés en quartiers, les 5 gousses d’ail en chemise, la sauge et le romarin. Faire aller quelques minutes pour faire revenir l’oignon et les aromates.
    3. Mettre la pintade dans la casserole et la dorer de toutes les côtés pendant quelques minutes. Cependant allumez le four à 180°
    4. Déglacer la pintade avec la moitié du vin, laisser évaporer. Quand l’alcool du vin est parti mettre la volaille au four pendant une heure, couverte.
    5. Couper les oignons et les carottes en rondelles, les mettre dans un grand saladier, ajouter deux cuillères à soupe d’huile d’olive et du sel, bien mélanger. 
    6. Après une heure bien irrorer la volaille des jus qui se trouveront au fond de la casserole. Ajouter les carottes et les oignons. Rajouter le vin. Remettre au four, découvert.
    7. Laisser cuire encore une heure (2 heures en tout). 
    8. Retirer du four, laisser reposer encore une dizaine de minutes. Couper la volaille et la servir bien imbibée de son jus, avec quelques légumes à côté. 
    Publié dans Plat principal | Tagué , , , , | 2 commentaires