Finger Food : Les croûtons de Saverio à la lotte et poivrons

J’ai encore des difficultés à créer de moi même des recettes, je pense parce que, tout compte fait, pour moi la cuisine est encore un fait assez, hem,  récent : jusqu’à environ 34 ans je n’ai rien touché, voir, j’avais l’horreur de la cuisine, que j’accusais de retenir les femmes loin de la lecture, des études, de la carrière and so on. Sans le savoir, j’avais de l’avance sur les thèses d’Élisabeth Badinter et quand j’ai lu son livre « Le conflit. La femme et la mère » avec sa critique du bio, de l’allaitement au sein et du retour au fait maison j’ai eu une espèce de conflit intérieur parce que une partie de moi criait « Élisabeth tu as raison!!! a bas tous ce pipo c’est une arnaque pour faire retourner les femmes dans les cuisines! » et une autre partie de moi criait « Mais regarde toi, tu passes tout ton temps libre à cuisiner, tu as allaité tes filles 2 ans chacune, tu parles… » bref j’ai eu des longues dialogues entre moi et moi et parfois la décision finale était « Basta la cuisine, vive la révolution ». Bref tout cela pour vous dire que je ne suis pas née avec cette passion et que donc je n’ai pas tous ces automatismes qui font que « naturellement » on sait quel ingrédient va (ou ne va pas) avec l’autre.   Par contre, même si je n’ai pas encore bien clair le processus de décision au travers duquel j’arrive à me dire « cette recette est super » (où beeeeurk dans le cas contraire) je sais par sur que, ce qui se passe, c’est que presque tout de suite j’ai l’intuition de ce qui peut marcher et ce qui ne marche pas du tout. Disons aussi qu’il y des ingrédients que, quand je les vois employés massivement, je sais déjà que c’est « beurk », genre la crème fraîche, la mayonnaise, le ton en boite, les colorants alimentaires, le ketchup…et j’en ai d’autres que, quand je les vois, réveillent tout de suite mes antennes sur la recette et c’est difficile que je me trompe. Et ben, j’ai vu mon copain Saverio, qui administre un groupe très sympa sur Facebook, « Cibo sociale »,  poster cette recette, j’ai eu l’eau à la bouche immédiate et, vu que je suis en plus dans le bon endroit pour l’essayer (devant la mer de St. Jean de Luz) je suis allée illico presto me procurer les ingrédients au marché pour pouvoir la réaliser tout de suite. Ces croûtons sont divins!! Je ne les ai pas faits avec du maquereau, comme dans l’original, mais avec une très belle lotte aperçue sur le banc de mon poissonnier. Et j’ai ajouté des câpres qui n’étaient pas présents dans la v.o. mais je pourrais mettre des câpres partout en été donc sentez vous libre, entre autre, de ne pas faire cet ajout :-). Délicieux en apéro, en entrée ou en plat principal si vous n’avez pas trop faim!

Peperoni e coda di rospo (2)

Les croûtons de Saverio à la lotte et poivrons

Ingrédients (4 personnes)

  • 4 tranches de pain complet
  • 2 poivrons rouges
  • 2 poivrons jaunes
  • 600 grammes de lotte (maquereau dans l’original)
  • 4 cuillères à soupe de vinaigre de cidre
  • une bonne cuillère à soupe de câpres
  • quelques feuilles de persil
  • huile d’olive vierge extra
  • sel et poivre du moulin
  1. Cuire les poivrons au four pendant 1 heure environ à 180°. A la sortie les mettre dans un sachet en papier pendant 10 minutes et après enlever la peau. Les couper en carreaux d’environ 2 centimètres. Assaisonner avec sel, l’huile d’olive, le vinaigre, les câpres, le persil ciselé  et réserver…apparemment le jour après ils sont encore meilleur mais chez nous ils n’ont pas résisté à la gourmandise.
  2. Enlever l’arrête de la lotte pour en obtenir des filets. L’assaisonner avec un filet d’huile d’olive vierge extra, un petit peu de sel. La cuire au four à 180° pendant 14 minutes. Réserver au chaud.
  3. Mettre le pain au four sous le grill pour le griller.
  4. Poser les tranches de pain sur le plat de service. Arroser chaque tranche avec le jus de la marinade des poivrons. Poser 1/4 des poivrons, 1/4 de la lotte, passer quelques tours de moulin de poivre, un filet d’huile d’olive et servir aussitôt.

Publié dans Entrée, Plat principal | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

Salade de pois chiches épicés et légumes de Yotam Ottolenghi

J’ai reçu le livre de Yotam Ottolenghi et Sami Tamimi « Jérusalem » en cadeau (merci Martin et Hélène!!!)  et depuis la je ne fais que le feuilleter pour trouver des recettes adaptées à la saison, aux paniers, à mon régime, mais aussi pour partir ailleurs le temps de regarder les belles photos de Jérusalem. Et pendant que je feuillette j’apprends pleine de choses sur cette cuisine fascinante.  Par exemple que la cuisine israélienne a des origines italiennes aussi (au travers de la domination de l’Italie sur la Libye des années ’20 et de libyens qui sont allés en Israël) outre bien sur avoir été influencée par beaucoup d’autres parties du monde, Allemagne, Turquie, Roumanie, Grèce, Maroc, Inde, Lituanie et tant d’autres vu que Israël c’est un lieu de migration, émigration, arrivées et départs qui forcement apporte et emmène saveurs, ingrédients, savoir faire et idées. L’histoire même de Ottolenghi et Tamimi est fascinante : un juif italo-allemand et l’autre musulman, grandis dans deux parties différentes de Jérusalem et échappés de la ville à la recherche de paix, ensemble ils ont ouvert plusieurs restaurants mettant ensemble leurs différentes cultures.   Pour commencer j’ai choisi un plat qui m’est semblé simple mais aussi très représentatif des saveurs que j’aime dans cette cuisine : légumes, épices, pois chiches, citron, herbes. Le résultat est vraiment étonnant d’un point de vue de sa beauté et du mélange de saveurs et ça m’a encouragé à poursuivre dans mes expérimentations et recherche de nouveaux saveurs.

Pois chiches et salade

Continuer la lecture

Publié dans Plat principal | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Tarte aux courgettes, poivrons, oignons, tomates aux herbes, sur fond de tapenade

Retour de l’été et retour aussi de ma tarte préférée…j’en ai déjà publiées pas mal, de tartes un petit peu comme cella, j’en fais beaucoup de variations, en continuation, pendant les mois d’été. Les couches sont toujours construites selon ce schéma : une pâte légère comme base, automatisable avec épices, parmesan ou herbes, une petite couche de sauce, ça peut aller avec du caviar d’aubergine, du pesto, de l’anchoïade, du houmous etc et comme dernière couche une série de légumes d’été, rôtis, choisis sur la base de leurs couleurs. Et la tarte est prête!

Torta legumi 3

Continuer la lecture

Publié dans Apéro, Tarte | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Salade de betteraves et fèves et sa sauce au miel et moutarde

Cette salade est délicieuse. La betterave et la fève, en plus de se marier bien question goût, donnent ensemble un effet chromatique très beau. La sauce, un mélange de citron, miel et moutarde, contrebalance parfaitement le goût sucré des betteraves et l’ensemble est parfait pour une entrée estivale et légère.

Insalata di fave e rape rosse 2

Salade de betteraves et fèves et sa sauce au miel et moutarde

Insalata di fave e rape rosse 1

Ingrédients (4 personnes)

  • trois grosses betteraves (les miennes étaient cuites et biologiques)
  • 250 grammes de fèves écorcées (il va sans dire, les miennes étaient celles du panier de l’AMAP)
  • une dizaine de feuilles de laitue chêne rouge
  • trois belles cuillères d’huile d’olive vierge extra
  • une cuillère à soupe de jus de citron
  • 1 cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne
  • 1 cuillère à soupe de miel
  • sel et poivre du moulin
  1. Couper les betteraves en dés d’environ 1 centimètre
  2. Cuire les fèves : porter à ébullition un litre d’eau, ajouter du sel, mettre les fèves dans l’eau pendant 3 minutes, égoutter et refroidir immédiatement dans l’eau glacée, enlever la peau des fèves. Réserver.
  3. Préparer la sauce. Dans un petit bol émulsionner l’huile d’olive, le citron, la moutarde à l’ancienne, le miel.
  4. Poser sur le plat de service les feuilles de laitue. Poser sur la laitue les dés de betterave et les fèves. Arroser avec la sauce. Servir aussitôt.

 

Publié dans Accompagnement | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Tortano pissaladé ou pissaladière tortanée? en tous cas quelque chose entre Italie, France avec un brin de Grèce

Recette vide-frigo pour l’apéro de l’AMAP. Au début ça devait être une pissaladière mais dans le parcours entre l’idée et la réalisation j’ai eu comme un souvenir d’une délice que j’avais vu sur la revue italienne Sale & Pepe d’il y a quelque temps. Et aussi du beau paquet de farine de l’AMAP T80 que je n’avais pas encore entamé. J’ai donc cherché d’obtenir le bon mix et j’ai ajouté, juste à la fin, un paquet de feta. Bref un grand pain bien assaisonné en légumes et fromages, parfait pour l’apéro! Si vous voulez voir une autre version de tortano un petit peu plus classique, rendez vous sur ce billet!

Tortano 1

Continuer la lecture

Publié dans Apéro | Marqué avec , , , | 2 commentaires

Intermezzo : J’ai Rendez-Vous avec Moi, Coming Into Your Own Rome, le buffet de Lucia

Il y a quelques semaines je suis allée à Rome pour un séminaire que je co-facilite avec des collègues depuis environ trois ans, ayant par but le développement du leadership féminine et qu’en France est réalisé avec le nom de « J’ai Rendez Vous Avec Moi » (JRAM). La prochaine édition que j’anime, avec mes collègues Sthéphanie et Virginie,  se tiendra, en plus, à Fontainebleau (ici le lien pour plus d’informations), au Centre Spirituel du Carmel, un endroit très beau qui sera le cadre pour ce parcours extraordinairement puissant pour favoriser l’émergence du leadership féminin.

Pendant ces séminaires, qui durent trois jours et demi,  nous cherchons toujours à avoir, pour les femmes participantes et pour nous aussi, les meilleures conditions de contour, pour que l’immersion pour chacune dans  elle-même et dans le groupe des femmes, puisse se faire le plus que possible en étant accompagnée par la beauté du lieu et par une nourriture saine qui aide aussi à prendre soin de son corps, pas que de son cœur, de son cerveau et, pour certains aspects, de son âme aussi. L’idée est que le leadership puisse s’exprimer pleinement seulement quand toutes les dimensions de l’être humain sont présentes et nous sommes donc « intégrées ». Le séminaire est construit pour que chaque femme puisse expérimenter sa connexion au féminin, aux autres femmes et à toute sa puissance y compris celle qui est encore dans son potentiel et donc pas encore réalisée. A ces séminaires, qui se tiennent partout dans le monde, participent des femmes de toute provenance, femmes d’entreprise, retraitées, étudiantes, artistes, entrepreneuses ou tout simplement femmes qui sont à la recherche  de leur propre voie et voix ou qui tout simplement ont besoin de prendre du recul, un moment de pause, de regarder leur vie en se faisant aider par d’autres femmes, pour prendre des décisions, pour œuvrer des changements, pour repartir avec une nouvelle charge énergétique et des nouveaux outils vers leurs projets de vie et de travail. A Rome ces séminaires se passent dans un espace délicieux;  si vous avez vu « La grande bellezza », le film de Paolo Sorrentino, pensez justement à ces merveilleuses terrasses romaines et au parfum de Rome que le film semble dégager…et bien, lo « Spazio dell’Anima » (Espace de l’Ame, le nom fait bien écho à l’atelier) qui est le siège de l’association philosophique au même nom que mon amie et collègue  Myriam Ines anime, c’est un petit peu cela…une espèce de petit Paradis sur terre, à coté d’un incroyable parc, accessoirisé de mouton et perroquet, oui oui, en plein centre de Rome. La beauté de l’espace est très bien complétée, et ici on vient aux questions de bouffe, par la nourriture extraordinaire que cette femme, Lucia, nous emmène à chaque pause/repas. J’ai donc promis à Lucia de parler d’elle sur le blog parce que j’ai trouvé sa nourriture super équilibrée question couleurs, odeurs, saveurs et saine…mais pas seulement cela…dans la présentation comme dans sa présence tranquille et discrète, pendant les moments où elle vient dans nos ateliers, chargée de ses incroyables paquets, tout transpire l’amour…pour son métier et pour nous, les femmes, qu’épuisées par les découvertes parfois douloureuses, parfois pleines de surprise parfois très joyeuses, faites ensemble pendant les ateliers, l’attendons pour continuer les échanges dans le gazebo sur la terrasse, autour de ses incroyables mets…Bref c’est fini les pauses chargées en sandwich remplis de mayonnaise et de beurre, les mets lourds, le non-bio. Un petit moment est passé depuis l’atelier, le dernier était à fin avril, mais je ne peux pas oublier le cous cous aux parfums aromatiques, le gâteau salé au ricotta et artichauts, la tarte fine à la tomate, les houmous aux différents légumes et l’extraordinaire sponge cake de Lucia, photographié juste avant que les filles (moi comprise) le fasse disparaître en zéro seconds…Si vous organisez des événements sur Rome et vous avez envie de nouveauté et fraîcheur dans la nourriture n’hésitez pas à contacter Lucia prolucia@libero.it…et si vous êtes femmes et vous êtes intéressées à un programme en Italie ou en France n’hésitez pas à me contacter! Prochaines éditions italiennes Rome en Novembre et Milan en Janvier 2016

Buffet di Lucia 1Secondo Giorno Lucia

Publié dans Autres histoires | Marqué avec , , , , , , , | 4 commentaires

Entremet (ou glace) aux fraises et mascarpone parfumée à la verveine : une recette trois présentations

En cette saison les fraises sont meilleures à chaque jour qui passe et un mariage que je trouve génial c’est celui entre fraises et mascarpone. Après je dois dire que, en général, je n’aime pas trop les desserts qui contiennent de la crème fraîche, ou qui sont « panneux », je préfère largement les desserts vaguement rustiques et plutôt du genre « crostata fait maison » que les trucs compliqués genre pâtisserie…après en avoir été attirée j’ai tendence à trouver les trucs élaborés  souvent écurants dès la première bouchée et malgré ma gourmandise souvent je le finis à reculons. Celui la est un compromis très bon entre mes envies de faire simple et les exigences d’une journée festive avec beaucoup d’invités. Et je dois dire que, avec la chaleur, le gâteau est bien rafraîchissant et agréable, bien plus que une « crostata » :-).

Par la suite vous trouverez les trois versions : la première respecte à la lettre la recette de l’entremet à l’amaretto de Christophe Felder, sauf que tout simplement à la place de l’amaretto j’ai mis du jus de fraises et citron et je n’ai pas congelé le gâteau, qui se tient très bien avec la gélatine, mais je l’ai très simplement gardé bien au froid au frigo. La deuxième version, servie en verrine, est constitué par les restes du travail  du premier gâteau et elle s’adapte à un apéro dînatoire, par exemples; la troisième est celle de la première communion de ma grande ou, à la place du grand biscuit à la cuillère j’ai mis des (très bons) biscuits à la cuillère du commerce et j’ai congelé le tout pour le transformer en glace.

Entremet version Felder avec grand biscuit à la cuillère fait maison

Entremet version Felder avec grand biscuit à la cuillère fait maison

 

Entremet  en verrine

Entremet en verrine

 

Entremet version glace

Entremet version glace

Continuer la lecture

Publié dans Dessert | Marqué avec , , , , , , , , | 3 commentaires