Salade de betteraves épicés, poireaux et noix

Une salade vraiment exquise, encore une fois oeuvre d’art de Yotam Ottolenghi, je m’en lasse pas, chaque fois que je réalise une de ses recettes c’est le bonheur, l’originalité, les couleurs et l’impression de manger quelque chose de vraiment sain et qui fait du bien.

Salade de betteraves et poireaux Ottolenghi

Ingrédients (4 personnes)

Pour la salade

  • 4 belles betteraves
  • 4 poireaux
  • 15 grammes de feuilles de persil (coriandre dans l’original) haché grossièrement
  • 25 grammes de roquette
  • 30 grammes de pomme grenade

Pour la sauce

  • 100 grammes de noix hachées grossièrement
  • 4 gousses d’ail hachées
  • 1/4 de cuillère à café de piment haché très finement
  • un demi verre de vinaigre de cidre
  • 1/2 cuillère à soupe d’huile de noix
  • 2,5 cuillères à soupe d’huile d’arachides
  1. Allumer le four 190°
  2. Envelopper les betteraves une par une dans une feuille d’aluminium et les rôtir pendant entre 60 et 90 minutes, en relation à leur taille. Vous saurez qu’elles sont cuites parce que en les perçant avec un couteau il va rentrer facilement. Les laisser refroidir. les couper en tranches d’environ 1 centimètre et réserver.
  3. Couper les poireaux en morceaux d’environ 5 centimètres (les miens étant bio je les ai coupés aussi en deux et bien laissés tromper car ils étaient pleins de terre). Les cuire pendant dix minutes environ dans de l’eau bouillonnante et salée. Bien égoutter et réserver, séparés des betteraves si non ils vont se colorier.
  4. Mixer les ingrédients de la sauce et laisser reposer 10 minutes pour que toutes les saveurs s’intègre bien.
  5. Poser la roquette sur le fond du plat de service, poser les betteraves et les poireaux et bien arroser avec la sauce. Parsemer les grains de pomme grenade sur la salade et servir.
Publié dans Entrée | Tagué , , , | 2 commentaires

Ensaimadas de Majorque au Thermomix : brioche espagnole bonne aussi pour un petit déjeuner italien

J’adore cette espèce de brioche, incroyablement légère, pas baisse en calorie malheureusement :-( ) qu’on trouve sur les îles espagnoles, mais pas seulement, j’en ai trouvé aussi dans plusieurs endroits à Barcelone par exemple, et aussi au sud vers Murcia et Alicante. Elle me rappelle la pâte à brioche italienne, à la fois d’un point de vue de la saveur mais surtout c’est l’odeur qui me fait un incroyable effet « Bar en Italie le matin tôt pendant le petit déjeuner ». Je me trompe peut être mais j’ai l’impression que sur la question petit déj au bar nous sommes très différents en Italie, où il y a un vrai rituel par rapport à ça. J’ai l’impression que ici c’est plutôt un café ou autre boisson et basta, en Italie c’est presque un repas, pris en bavardant ou en lisant son journal. Le choix des « brioches » (les croissants italiens, ou « cornetti » qui rassemblent pour leurs forme, mais à la pâte complètement différente) est incroyablement étendue, pouvant aller des classiques, à la crème pâtissière, jusqu’à celles à la crème pâtissière à la pistache, au chocolat en passant par les « bomboloni » (beignets) encore à la crème pâtissière, à la confiture ou au nutella, avec une gamme super différenciée, qui comprend aussi pleins de choses salées, en toutes leurs variations (sans gluten, intégrales, aux jambons de tous les goûts et bien sur des pizzas « du boulanger », bien différentes de celles qu’on mange à la pizzeria etc). Bref, le petit déjeuner du bar en Italie c’est un de mes grands regrets depuis que je suis en France et pas seulement le mien, beaucoup d’italiens ont le même, j’ai découvert. En fait le bar en Italie c’est un milieu entre une pâtisserie et un café, un vrai triomphe de couleur et de saveurs et ce qui me manque beaucoup c’est de renifler, en rentrant pour le petit déjeuner, cette odeur de brioche qui accueille tous les clients des (bons) bars italiens le matin. J’ai spécifié « bons » car maintenant dans pleins de locaux ce qui se passe c’est que, à la place d’aller chez un artisan qui fabrique les fameuses brioches pendant la nuit, les gérants des bars (mauvais) achètent des pre-cuits surgelés qu’ils font chauffer avant de les servir. Et la, l’horreur…un odeur dégoûtant de beurre cuit, de chimique, quelque chose qui écœure  dès le premier reniflement, bref un truc à vomir (pardonnez moi mais c’est comme ça!) qui repousse tous clients exigeants et qui, malheureusement, est en train de faire oublier ce qui était un VRAI petit déjeuner italien dans un bar. Mais ces ensaimadas, elles m’ont convaincu depuis la première lecture de la recette, trouvée sur un vieux numéro de « La Cucina Italiana » qui était longtemps resté ouvert sur leur page.  Déjà parce que on en devine une consistance loin des croissants. Après parce que la chose est confirmée par la lecture…pas un seul gramme de beurre mais…bon du saindoux, c’est pour cela que je les suspecte d’être bien caloriques. Mais si je pouvais partager l’odeur qu’elles ont laissé dans la maison en cuisant…et j’ai fait d’une façon que la longue pousse (la dernière 12 heures pour les avoir bien moelleuses) soit finie juste à 6 heures du mat, pour pouvoir offrir à mes filles un réveil dans la maison parfumé de brioche et de café, comme en Italie!

20160205_103621.jpg

Lire la suite

Publié dans Petit déjeuner | Tagué , , , , , , , , | 6 commentaires

Soupe de carottes au citron, tahini et pois chiches croustillants

Je sais que je ne suis plus assidue dans le blog…il y a au moins deux facteurs. Un c’est le fait que j’ai en ce moment vraiment pleins de déplacements. Pendant la période de mes deux grossesses et la première enfance de mes filles j’avais presque vécu dans l’illusion et l’oubli de ce qui est un vrai travail de consultant. Je ne sais pas comment je m’étais arrangé pour diminuer les déplacements, au point que à un certain moment j’avais l’impression que mon travail avait changé. Mais depuis au moins un an cette illusion est bien finie et j’ai repris pleinement la routine valise, avion, hôtel, boulot, valise, avion, etc…Je n’ai pas arrêté de cuisiner bien sûr…mais, et j’en viens au deuxième facteur, j’accumule les recettes que je voudrais publier et ce gros volume, à la fois de me stimuler à la publication, ne fait que m’intimider et me faire dire que non, je ne peux pas y arriver. J’ai donc une exquise marmite du pécheur (de la quelle je risque d’oublier la recette si je ne me dépêche pas), plusieurs plats de Ottolenghi, une brioche aux pralines et sûrement autres choses que j’aurais envie de partager mais qui, pour l’instant, restent quelques parts entre mon ordinateur et mes pensés. J’ai aussi des choses que je voudrais réaliser, que j’ai découvert pendant mes voyages professionnels de ces derniers temps…et si quelqu’un a un bon livre à me conseiller sur la cuisine des pays de l’Est Européen je serais preneuse! Je vais m’y remettre…j’espère :-).

Pour venir à la soupe d’aujourd’hui je l’ai trouvée sur le blog anglais Smittenkitchen.com, un blog très inspirant et plein de belles photos. Hélas mon désir de faire au moins un cours de base de photo pour améliorer un petit peu le blog se perd de trimestre en trimestre entre des copies à corriger et propositions à présenter au client, mais cela aussi c’est une des choses que je me promets de faire un de ces quatre. La soupe originale avait aussi, en complément, une sauce au tahini que j’ai zappé car le repas dans lequel je l’ai servie était déjà très « tahiné » sur le plat principal (une exquise salade tiède de Ottolenghi). Je vous donne donc la recette originale, en sachant que, même sans sauce au tahini, la soupe est vraiment incroyable, avec ces deux consistances moelleuse-croustillante et tous les arômes des épices et des herbes qui ressortent harmonieux et différents.

PS Vive la reforme de l’orthographe! Malheureusement il n’y a pas une reforme pour les fautes des italiens qui savent écrire nénuphar mais quand il s’agit de conjuguer bonjour les dégâts :-)

soupe carotte pois chiches

Lire la suite

Publié dans Entrée | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Entrée tiède : rösti allégé avec cèpes et salade de poulpe

Encore une entrée belle et goûteuse. Le rösti est un plat typique de la Suisse, pour laquelle il constitue même un signal de différence culturelle entre la Suisse germanophone et francophone (si vous voulez d’autres nouvelles voici ma source). En Suisse je l’ai souvent trouvé au petit déjeuner, chose qui m’a fait un peu bizarre car même si j’adore le petit déjeuner salé, le rösti m’apparaît quand même un petit peu trop. On en trouve aussi en Italie du nord, en Tirol en particulier où je l’ai consommé souvent dans sa version oignon et pommes de terre. Au début mon idée, pour cette entrée, c’était de construire des petits bol avec de la polenta (je vais aussi expérimenter cette version très vite) mais en cherchant sur le net j’ai eu l’idée d’utiliser plutôt des röstis comme base, mais de les faire le plus légers que possible car le repas après prévoyait aussi un plat de résistance très résistant :-). J’ai choisi de partir sur une base de pomme de terre crue râpée plutôt que de cuire les pommes de terre à la vapeur comme c’est suggéré dans d’autres recettes. Veuillez à choisir des pommes de terre bien farineuses pour qu’elles tiennent sans autre matière que de l’huile d’olive et pour obtenir un résultat final bien croustillant qui puisse bien contraster la consistance des champignons et de la salade de poulpe.

Rosti

Lire la suite

Publié dans Entrée | Tagué , , , , , , | 6 commentaires

Paupiettes de sole au jambon San Daniele et poireaux

Bonne année à tous! Je commence cette année 2016 avec quelque chose de très léger en résonance avec mes désirs alimentaires en ce moment, qui vont vers les légumes et les plats non élaborés, après l’orgie des fêtes en Italie. J’ai ma brioche des rois au four, car en plus aujourd’hui en Italie c’est férié et mes filles attendent les cadeaux que la Befana (une espèce de gentille sorcière) pose dans les chaussettes la nuit du 5 janvier pour que les enfants puissent trouver encore des petits gâteau en clôture des fêtes. Ces paupiettes sont super adapté pour ouvrir un bon repas de poisson; au début j’étais dubitative sur le binôme jambon cru/sole, de peur que le jambon « tue » le goût délicat du poisson, mais le résultat final est divin.

poireaux et sole

Lire la suite

Publié dans Entrée | Tagué , , , , , , | 2 commentaires

Empanadillas à la chicorée et noisettes

L’entracte des luculliens repas italiens pour les festivités…juste pour se donner une idée de modération entre un monstrueux plat de tortellini, une cuisse de pintade rôtie et une tranche géante de panettone :-)

Empanadillas à la chicorée

Ingrédients (7/8 pièces)

Pour la farce

  • 800 grammes de chicorée
  • 4 gousses d’ail
  • une grosse poignée de noisettes rôties et concassées grossièrement
  • 1 cuillère à soupe d’huile vierge extra
  • sel et poivre

Pour la pâte

  • 270 grammes de farine
  • 1 cuillère à café de curcuma
  • 1 oeuf
  • 5 cuillères à café d’huile de tournesol
  • 5 grammes de sel
  • un verre d’eau
  1. Couper en morceaux la chicorée  et la cuire à la vapeur pendant 8 minutes. Quand elle est cuite l’essorer bien dans une passoire.
  2. Hacher les gousses d’ail, mettre l’huile d’olive dans une poêle, y faire revenir les gousses d’ail pendant 1 minute sans qu’elle se colorie, ajouter la chicorée bien essorée  bien mélanger et laisser sur le feu encore 2 minutes couvert. Ajouter les noisettes concassées, éventuellement régler le sel, réserver.
  3. Allumer le four 180° pour le réchauffer.
  4. Préparer la pâte. Dans un saladier mélanger la farine avec l’huile en obtenant un mélange brisé. Ajouter le sel, le curcuma, l’œuf, travailler et petit à petit ajouter l’eau jusqu’à obtenir une boule lisse. Laisser reposer la boule une dizaine des minutes et la baisser, avec le rouleau à pâtisserie, à une hauteur de 2 mm. Avec une emporte pièce faire des ronds, remplir chaque rond avec deux cuillères de farce, mettre un autre rond dessus, clore à l’aide d’une fourchette
  5. Mettre les empanadillas au four à cuire pendant une vingtaine de minutes. Servir tièdes, avec une salade.
Publié dans Apéro, Argentine | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

Salade de lentilles et céleri rave aux herbes

Une autre délicieuse salade de Yotam Ottolenghi. Pour se détoxifier et se préparer aux grands repas festifs rien de mieux que cette salade saine, fraîche et légère.
Salade de lentilles Ottolenghi

Ingrédients (4 personnes, en entrée ou accompagnement)

  • 100 grammes de lentilles vertes (les miennes sèches)
  • un petit céleri rave
  • une poignée de noisettes rôties
  • une bonne pincée de feuilles de menthes hachées grossièrement
  • une bonne pincée de feuilles de persil plat hachées
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive vierge extra
  • 1 cuillère à soupe d’huile de noisettes
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre de vin rouge
  • sel et poivre du moulin
  1. Dans une casserole remplie d’eau bouillante et salée cuire les lentilles pendant environ 35 minutes (goûtez-les et surveillez bien la cuisson, elles ne doivent pas devenir « purée » mais les temps de cuisson varient beaucoup). Bien les égoutter.
  2. Couper le céleri-rave en bâtonnets et les faire cuire à la vapeur pendant 7/8 minutes, en les laissant assez fermes.
  3. Préparer la sauce pour la salade : mélanger les deux huiles, le vinaigre, le sel et quelques tours de moulin de poivre.
  4. Dans un bol réunir les lentilles, les bâtonnets de céleri rave, bien arroser avec la sauce.
  5. Ajouter les noisettes concassées grossièrement, la menthe, le persil. Régler le sel et servir tiède ou froide.
Publié dans Accompagnement | Tagué , , , , , , , , , | 4 commentaires