Couscous aux palourdes

Une autre recette paresseuse pour l’été, prête en dix minutes. Un des meilleurs accompagnements qu’on puisse imaginer pour les palourdes est la polenta, en ayant bien soin de faire les palourdes « en sauce », avec de la tomate. C’est par la que l’idée m’est venue, car le climat ne permet vraiment pas de faire de la polenta, d’accompagner mes palourdes du marché avec du couscous, qui peut bien absorber le jus qu’ils rendent en s’ouvrant. En choisissant le type intégral en plus la saveur est bien riche…

Ingrédients (4 personnes)

  • 1,5 kilo de palourdes
  • 2 gousses d’ail
  • une poignée de persil haché
  • une grosse tasse de couscous complet, le mien instantané
  • huile d’olive vierge extra
  • fumet de poisson
  1. dans une poêle faire ouvrir les palourdes sur un fond d’huile d’olive dans lequel vous aurez fait frire l’ail bien haché et les 3/4 des persil hachés. Réserver les coquillages, filtrer leur jus
  2. Dans un grand bol faire revenir le couscous dix minutes en rajoutant le double de son volume en fumet de poisson, auquel vous aurez ajouté le jus des palourdes filtré
  3. Au moment de servir posez quelques cuillères de couscous sur les fonds des assiètes, y distribuer les palourdes. Finir en parsemant du persil et, si vous aimez, avec un ou deux tours de moulin de poivre
Publicités
Publié dans Plat principal | Tagué , | Laisser un commentaire

Salade de poulpe et salicornes

Le poulpe apparaît sur ce blog dès que j’en trouve…en Italie très souvent, en France malheureusement jamais comme je voudrais car, comme expliqué par mon dealer de poisson au Pays Basques, apparemment toute la pêche française part en Espagne où il est bien plus apprécié qu’en France. Je sais que mon poissonnier peut m’en trouver mais il faut le commander avec de l’avance et le prix est parfois assez prohibitif, tandis qu’en Italie il tourne autour de 12/13 euro le kilo, parfois moins. Donc c’est quand je suis en visite de ma famille que je peux en avoir toutes les fois que j’en veux et c’est génial! J’ai acheté mon exemplaire de ce matin, je l’ai immédiatement cuit  (tout sur comment cuire le poulpe en cliquant ici) et transformé en cette salade absolument délicieuse et adapté à cette chaleur italienne à laquelle nous avons désormais fait l’habitude. J’ai ajouté des salicornes tous frais qui m’ont fait un clin d’oeil du banc du poissonnier et je doie dire que l’ensemble est super, pour la vue et pour le goût.

Ingrédients (4 personnes en entrée)

  • 1 poulpe d’un kilo, cuit, voir comment ici
  • 100 grammes de salicornes
  • 30 grammes de câpres
  • une quinzaine de tomates datterino
  • 1 oignon rouge douce
  • 1 gousse d’ail
  • une poignée de persil
  • sel et poivre du moulin
  • huile d’olive vierge extra de très bonne qualité
  1. Prendre le poulpe cuit et le couper en morceaux
  2. Hacher l’ail et l’oignon rouge
  3. Couper les datterino en deux
  4. Couper l’oignon en lamelles fines
  5. Mettre le tout dans un bol, parsemer de câpres, de persil haché, de salicornes, régler le sel, ajouter 3 cuillères à soupe d’huile d’olive et mélanger. Finir avec quelques tours de poivre du moulin. Réserver au frigo avant de servir.
Publié dans Entrée | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Salade iodée aux courgettes et haricots de mer

Une salade surprenante et très fraiche que j’ai servi en entrée d’un repas estival pendant une soirée de grande chaleure dans le sud et qui a très bien accompagné le reste des mets.

Ingrédients (6 personnes en entrée ou accompagnement)

  • 2 courgettes jaunes et 2 courgettes vertes
  • 150 grammes de haricots de mer (ou de salicornes)
  • 1 gousse d’ail
  • 250 grammes de fêta bio
  • 1 brin d’estragon
  • quelques feuilles de basilic
  • 1 citron
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  1. Couper les courgettes en lanières très fines dans le sens de la longueur avec la mandoline et les disposer dans le plat de service
  2. Rincer les haricots de mer pour enlever le sel en excès et les distribuer sur les lanières de courgettes
  3. Distribuer la fêta sur toute la salade
  4. Ciseler le basilic et l’estragon et les parsemer sur la salade
  5. Préparer la vinaigrette avec le jus du citron, l’huile d’olive, la gousse d’ail pressée et la distribuer avant de servir la salade. Normalement vous n’aurez pas besoin d’ajouter de sel car les haricots de mer sont déjà assez salés même après avoir été rincés.
Publié dans Accompagnement, Entrée | Tagué , , , , , | 10 commentaires

Fonds d’artichauts grillés aux crevettes

J’aime beaucoup les artichauts mais je me retiens toujours d’en acheter à cause de leur nettoyage qui n’est pas trop facile. En Italie normalement ils sont vendus déjà préparés, même sur les marchés mais en France difficilement on en trouve comme ça. C’est alors avec grande joie que l’autre jour en me promenant au marché j’ai découvert ces fonds d’artichauts tous prêts pour être cuits. La façon que je préfère en absolu pour déguster les artichauts c’est comme à Rome, à la Giudia (à la Juive), avec de l’ail et persil, juste jetés deux fois dans l’huile pour les frire. Mais exclu, ici, avec le peu d’outils pour la cuisine que je puisse en préparer. J’ai donc cherché une façon de les préparer alignée avec le fait que j’ai pleine disponibilité de tous produits de la mer ici où je me trouve et je me suis souvenue des pâtes artichauts et crevettes que j’avais mangé encore une fois à Rome. Et alors voici mes artichauts, avec un petit clin d’oeil à ces à la Giudia avec en plus les bonnes crevettes de l’Atlantique…

 

Ingrédients (4 personnes, entrée)

  • 4 fonds d’artichauts
  • 50 grammes de pain rassis
  • 2 gousses d’ail
  • une poignée de persil haché
  • huile d’olive vierge extra
  • poivre et sel
  • 1 cuillère à soupe de jus de citron
  • 8 crevettes
  1. Faire cuire les fonds d’artichauts en le plongeant 20 minutes environ dans de l’eau salée et citronnée. Vérifier en fin de cuisson avec une fourchette qu’ils soient bien cuits. Enlever éventuellement la « barbe » qu’il y a au fond, s’il devait en rester. Bien égoutter et réserver.
  2. A l’aide d’un petit robot mixer le pain, les gousses d’ail, le persil. Saler légèrement ce mélange. Ajouter aussi une cuillère à soupe d’huile d’olive.
  3. Nettoyer les crevettes.
  4. Poser les fonds d’artichauts sur une plaque allant au four bien huilée. Y poser dessous les artichauts. Poser dans chaque fond une cuillère à soupe du mix persil/ail/pain. Poser sur la surface deux crevettes pour chaque fond d’artichaut. Assaisonner avec un filet d’huile d’olive et, éventuellement, encore quelques grains de sel.
  5. Passer au four pendant 7/8 minutes à 180°. Servir tiède ou chaud en parsemant de poivre.
Publié dans Entrée | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Focaccia au levain version 2018

Comme d’habitude ma focaccia des vacances, celle qui sert pour les apéros à la plage. Et, si quelqu’un devait se le demander, j’ai encore une fois emmené mon levain Gino avec moi pour un long tour de France. Est-ce qu’il va survivre, surtout à la prochaine étape, St. Jean-Avignon, qui se fera à la chaleur et qui est très longue? Je vous en donnerai des nouvelles, pour le moment il a surveçu très bien à ses huit heures de voyage et il a encore une fois passé ses preuves.

Ingrédients (8 portions)

Pour la pâte

  • 120 grammes de levain rafraîchi
  • 320 grammes d’eau
  • 550 grammes de farine à haut W (Manitoba si vous en trouvez, ou autres farines professionnelles. Ceci dit, celle que j’ai utilisé était une simple farine de magasin bio)
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 10 grammes de sel
  • 1 cuillère à soupe de miel

Pour la farce

  • 1 grosse tomate marmande (ou autre, bien mûre et à chair bien ferme)
  • 1 poignée de câpres
  • 1 bonne pincée d’origan
  • huile d’olive extra vierge de très bonne qualité
  1. Dans un bol dissoudre le levain avec l’eau. Ajouter l’huile d’olive et le miel. Bien mélanger. Laisser reposer quelques minutes (vous verrez des boules qui se forment).
  2. Ajouter la farine par petites quantités et le sel, tout en travaillant jusqu’à obtention d’une boule lisse. Il vous faudra environ 10 minutes pour y arriver.
  3. Couvrir et laisser pousser jusqu’à redoublement de la boule. Dans mes conditions de chaleur, humidité, température elle a mis plus ou moins 20 heures, une partie desquelles au frigo car j’avais peur qu’elle collapse à cause de la chaleur. Terminé ce temps reprendre la boule, la travailler avec les mains en formant des plies, comme pour faire la pâte feuilletée, trois quatre fois.
  4. En fin de cette élaboration, prendre la boule posée sur le plan de travail entre les mains et la faire tourner. Laisser encore une fois redoubler le volume (la mienne environ 5 heures)
  5. Terminée cette deuxième pousse, prendre la boule et, délicatement, l’étaler sur une plaque de cuisson bien huilée sur le fond. Laisser encore pousser environ 45 minutes.
  6. Allumer le four à la température maximale
  7. Terminé ce temps décorer la focaccia. Couper la tomate en lamelles d’environ 0,5 centimètre et les distribuer, en pressant légèrement, sur la surface. Parsemer des  câpres en pressant eux aussi légèrement. Bien assaisonner avec huile d’olive et gros sel, parsemer l’origan.
  8. Mettre dans le four et laisser cuire pendant 25/30 minutes.
  9. Servir tiède ou froide, en accompagnement de charcuterie ou même toute seule.

Publié dans Apéro | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Linguine al nero di seppia

Miam…un de mes plats préférés des vacances sur l’Océan, je pourrais en manger tranquillement tous les jours! Les Pays Basques en plus c’est la patrie des petits calamars, qu’ici sont appelés « chipirons » et on en trouve tous les matins des frais sur les marchés. Rien à ajouter, si non que cela c’est une des meilleures pâtes existantes, que vous trouvez beaucoup de recettes en différentes variations sur le blog, et que cela est la version 2018, trèèès bonne!!

Ingrédients (4 personnes affamées)

  • 800 grammes de petites seiches (ou chipirons, ou soupions, ou petits calamars…) avec leurs sachets d’encre. Si vous vous les faites nettoyer par le poissonnier n’oubliez pas de lui dire de garder les vescicules avec l’encre
  •  500 grammes de linguine (si vous avez une famille normale vous pouvez aussi en mettre que 350 grammes)
  • 250 grammes de poulpe de tomates ou de tomates frais
  • 2 gousses d’ail
  • 1/2 verre de vin
  • persil haché
  • 1 oignon
  • huile vierge extra, sel, poivre
  • une pincée de piment d’Espelette si vous aimez
  1. Nettoyer les petites seiches en faisant bien attention à gardes les poches de l’encre qui sont très délicates et se cassent très vite
  2. Chauffer dans une poêle quatre cuillères d’huile d’olive, ajouter l’oignon coupée en fines lamelles et l’ail haché, faire chauffer quelques minutes sans brûler et ajouter dans la poêle les seiches. Laisser aller une minute et mouiller avec le vin. Ajouter les tomates (ou la tomate en boite). Régler le sel et le poivre.
  3. Couvrir et cuire avec une petite flamme pendant 45 minutes. Cinq minutes avant la fin de la cuisson ajouter l’encre des seiches en mélangeant. Ajouter le piment d’Espelette.
  4. Cependant cuire les linguines en suivant les instructions sur le paquet. Egoutter 30 secondes à l’avance, mettre les linguines dans la poêle des seiches, bien mélangeant. Servir en parsemant de persil haché.
Publié dans Plat principal | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Focaccia à la farine de pois chiches et romarin

J’aimerai vous raconter que j’ai choisi d’utiliser la farine de pois chiches qui languissait dans mon placard depuis au moins deux mois en attente d’être transformée en farinata de Liguria…Oui ça serait une belle histoire. D’avoir eu une idée, d’y avoir pensé, réfléchi, évalué et après essayé…Mais la vraie vérité est différente et bien sur elle est composée de vie frénétique que je mène depuis quelques mois (années? lustres? siècles?), d’oublis, de sachets qui en en cachaient pas d’autres, de choses décidée à la dernière minute et de cette mauvaise habitude de ne pas rassembler les ingrédients au début (pourquoi je n’arrive pas à faire comme à la télé o comme sur youtube, tout est prêt dans ses belles petites coupelles qui vont contenir exactement ce qu’il faut pour que tout se passe bien??? hein, pourquoi?)

Donc quoi dire de cette focaccia? Elle est le résultat bien sur d’un manque de farine. Les pois chiches sont intéressant dedans, le goût, malgré le fait que la farine de pois chiches intervient ici que pour 1/6 est assez prononcé et pas du tout désagréable, il faut par contre faire attention car la farine de pois chiches « boit » pas mal d’eau, et donc vous verrez combien exactement en rajouter pour avoir la belle boule presque lisse à la fin. Oui car l’autre chose qui se produit est que la pâte en fin d’élaboration a un aspect un peu plus rugueux que d’habitude mais elle pousse quand même beaucoup. L’autre chose pour laquelle il ne faut pas se mettre à pleurer comme pour une focaccia « normale » est que difficilement vous aurez une focaccia sans trous; sur cela l’explication que je me suis donnée c’est que le maillage du gluten doit s’interrompre de temps en temps à cause de la présence de la farine de pois chiches qui ne contient pas du tout du gluten.

Ma focaccia a servi pour plusieurs piques nique de fin d’école, entre un spectacle de danse et un goûter à la musique, personne ne s’en est plainte. Moi j’en ai goûté un petit morceau accompagné de jambon de Parme et slurp, je l’ai trouvée très bonne même si moins légère de la version canonique.

Ingrédients (2 ou 3 merende x deux enfants)

Pour la pâte à pain

  • 500 grammes de farine bio type 65
  • 100 grammes de farine de pois chiches
  • 320 grammes d’eau (ajoutez-en un petit peu si vous voyez que la pâte est trop sèche)
  • 25 grammes de levure boulangère
  • 20 grammes d’huile d’olive vierge extra
  • 10 grammes de miel
  • 10 grammes de sel
  1. Faire d’abord la pâte à focaccia en mélangeant eau, huile, miel et levure, en rajoutant après les farines et le sel et en travaillant jusqu’à obtention d’une boule (plus ou moins) élastique.
  2. Mettre la boule à lever dans un saladier pour environ deux heures, selon témpérature et humidité de l’aire (elle doit avoir au moins doublé de volume).
  3. Prendre la la pâte et la mettre sur le plan de travail fariné. Avec les mains la baisser pour qu’elle tient dans la plaque du four. Laisser encore environ une heure pour refaire un processus de pousse.
  4. Allumer le four 210°.
  5. Badigeonner bien la surface avec un mélange (que vous ferez dans un bol à part) d’huile d’olive, de gros sel, d’eau. Parsemer de romarin
  6. Mettre au four et laisser cuir 15/20 minutes jusqu’à quand la surface sera brunie.
  7. Servir en fourrant avec de la charcuterie, de la salade, du pâté, mais elle est très bonne même nature.
Publié dans Apéro, Italie | Tagué , , , , | Laisser un commentaire