Pain sucré au levain avec courge

Je ne suis pas encore rentrée de vacances. Ou plutôt, mon corps est devant l’ordinateur, j’ai des réunions, je donne des cours, je fais du coaching, j’accompagne des clients mais en réalité, c’est un peu comme si la vie ne coulait pas dans ce que je fais. C’est comme si j’étais absente, comme si je n’étais pas encore tout à fait de retour… Les vacances de cette année ont été particulières, apparemment longues mais en réalité toujours connectées, donc pas de vraies vacances. Et je pense que ma tête, qui n’a jamais pris un seul instant de congé, m’en dit maintenant basta. Heureusement, après vingt ans de travail, je parviens à être performant même dans cet état bizarre. Mais moi je sais que ce n’est pas normal. Toutes les choses que j’ai toujours faites avec joie, qui me motivaient, qui me faisaient me sentir bien au travail, n’ont maintenant plus aucun effet sur moi, si ce n’est ce sentiment de distance… paradoxalement, je suis concentré mais c’est comme si je n’étais pas là. Ce long préambule pour dire que dans un moment de folie, j’ai dépensé tous les miles que j’avais accumulés ces trois dernières années (non, je dirais plutôt l’année précédant le COVID), gagnées avec beaucoup de mission de travail, pour prendre des billets pour que toute la famille aille à Athènes en novembre. Et j’ai aussi, par peur d’avoir des doutes, réservé un appartement et continué à me dire que c’est complètement fou et que je ne pourrai jamais y aller. Dans la perspective de pouvoir faire un voyage, qui me manque énormément, et peut-être de ramener à la maison une partie de moi qui est restée quelque part mais pas ici, j’ai aussi pris mon magnifique livre de cuisine grecque, Vefa’s Kitchen, et j’ai essayé de faire un « pain de carême au potiron », mais en utilisant du levain au lieu de la levure lyophilisée comme dans la recette originale de Vefa. J’ai également fait quelques autres changements, notamment en mettant de la liqueur à la place du jus d’orange que je n’avais pas et le résultat était super bon. Sur le livre il ressemblait plus à une brioche, le mien est clairement un pain sucré qui a été plébiscité par toute la famille (même par ceux qui n’ont pas remarqué qu’il y avait du potiron à l’intérieur ahahaahah) comme l’une des meilleures réalisations du levain Gino. Je mets ici la recette qui l’a produit, en vous renvoyant, pour l’original, au livre de Vefa.

Ingrédients

  • 100 grammes de levain rafraichi et redoublé
  • 500 grammes de farine Manitoba (maintenant ils en ont de la bio chez Naturalia, si non il faut savoir l’index W de la farine, la mienne est à 330)
  • les grains d’une gousse de vanille
  • 300 grammes de courge cuite à la vapeur et bien essorée (la prochaine fois je la ferai au four)
  • 200 grammes d’eau (réglez l’eau selon la capacité d’absorption de la farine, ajoutez la par petites quantités et n’hésitez pas à réduire la quantité, la boule ne doit pas être trop humide mais bien lisse et se détacher bien du bol du robot)
  • 60 grammes d’huile végétal
  • les zestes d’une orange bio
  • 175 grammes de sucre + 50 grammes pour la surface
  • 2 cuillères à soupe d’Amaretto di Saronno
  1. Dissoudre le levain dans 100 grammes d’eau dans la cuve du robot. Laisser reposer une dizaine de minutes. 
  2. Cependant mélanger la courge, l’huile d’olive, l’Amaretto, le sucre (pas celui pour la surface), le graines de la gousse de vanille, les zestes d’orange, à l’aide d’un mixeur. 
  3. Dans la cuve du robot verser la farine et cet appareil et commencer à travailler (il faut travailler au moins une dizaine de minutes, la pâte doit faire comme une corde). Ajoutez éventuellement l’eau qui reste par petites quantité, vous devez obtenir une belle boule lisse, humide, qui se détache du robot. En même temps elle doit être bien hydratée pour ne pas avoir un sens « pâteux » sur le résultat final. 
  4. Huilez légèrement vos mains, retirez la boule du robot et mettez la dans un bol, en repliant les bords sur elle même et les mettant en bas. Couvrir avec un torchon et mettre dans un lieu à une température d’environ 24° dégrées. 
  5. Laisser trois heures à redoubler hors du frigo. Passé ce temps reprendre la boule, faire trois fois, à distance de 10 minutes chacune, des plies comme celles de la pâte feuilletée (pliez-la en porte feuille) en faisant bien attention à incorporer de l’air à chaque fois.  Finie cette procedure mettez votre boule à reposer dans le frigidaire, à moitié, pendant une nuit. 
  6. Le matin vous pouvez former la tresse. Prenez la boule, divisez-la en deux parties et formez avec chacune un cylindre d’environ 50 centimètres. Enrouler les deux cylindre l’un avec l’autre en formant une espèce de tresse (ou donnez la forme que vous voulez), que vous pouvez poser sur une feuille de papier sulfurisé légèrement sucré, couvrir avec un torchon et laisser reposer encore pendant 1h30/2 heures.
  7. Allumez le four 180°. Poser en bas du four un ramequin rempli d’eau.
  8. Parsemer le pain de sucre semoule, le mettre au four pendant 35/40 minutes à cuire. 
  9. Refroidir sur une grille, servir avec de la confiture et du beurre, mais aussi avec du maigret de canard. 
Cet article, publié dans Pain, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Pain sucré au levain avec courge

  1. francefougere dit :

    C’est beau et bon ! reste dans l’esprit des vacances, détendue – bonne rentrée 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.