Crostata aux mures et à la crème patissière

Mes vacances scolaires d’été je les ai passée pratiquement en entier dans une maison que ,es parents avait acheté qui se trouve entre Toscane et Emilia Romagna. Les journées de la bande d’enfants que nous étions passaient douces et pleines d’activités…le matin on se levait et le premier débout, après avoir sorti du lit ses frères et sœurs, se rendait dans toutes les maisons voisines contenants des enfants pour les appeler et former la bande. Le monde autour de nous était plein de découvertes à faire : accompagner ces d’entre nous qui avaient des bêtes, au maraîchage, se promener dans les maisons abandonnées qui avaient la renommée d’être hantées et se faire des peurs inoubliables avec les petits bruits qui témoignaient par sur la présence de la vieille sorcière, jouer et donner à manger aux poules, chiens, chats, dindes, oie, lapins et autres animaux qui étaient libres dans les champs, aller se baigner à le fleuve, aller se promener dans les bois et à la cabane en éternelle construction, un petit peu comme la Sagrada Familla à Barcelone et milles autres petites aventures qui remplissaient nos journées. Last but not least il y avait la cueillette de tout ce qui étaient cueillable : noisettes, châtaignes, cèpes, cerises, prunes, figues et, bien sur, les mûres. Pendant la cueillette des mûres, inévitablement, quelqu’un d’entre nous, dans l’ivresse de pouvoir rejoindre une branche particulièrement alléchante mais, hélas, sur un précipice, tombait dans les ronces et pendant quelques jours en portait les signes.

La maison aussi était un petit peu comme la Sagrada Familla…mon père n’était jamais content et il y travaillait en continuation. J’ai passé plusieurs années sans trop y aller , car essentiellement en grandissant  j’ai toujours préféré les vacances à la mer. Cet année j’y ai passé quelques jours avec les filles et ma mère. Une matinée pleine de soleil je suis partie avec Charlotte, ma grande  fille, à la cueillette de mures et j’ai revécu ces moment de joie à la découverte d’une branche particulièrement chargée en fruits et au remplissage du bol. Nous en avons vraiment remmenées beaucoup et après en avoir mangé une bonne partie juste en les piochant du bol (mais aussi directement des branches) j’ai décidé d’en faire cette crostata, très enfantine et simple…

wp-1471886442423.jpegwp-1471886759693.jpeg

Crostata aux mûres et à la crème pâtissière

Pour la base

  • 200 grammes de farine
  • 200 grammes de beurre
  • 1 oeuf
  • 30 grammes de sucre
  • 1 pincée de sel

Pour la crème pâtissière

  • 2 morceaux de peau de citron
  • 2 cuillères à soupe de farine
  • 3 cuillères à soupe de sucre
  • 3 verres de lait entier
  • 3 oeufs
  • un grand bol de mûres
  1. Faire la base d’abord. Avec la pointe des doigts travailler très vite le beurre bien froid en dés et la farine jusqu’à produire des miettes. Ajouter le sucre, l’œuf et le sel et travailler jusqu’à produire une boule lisse. Si jamais en travaillant vous vous rendez compte qu’ elle est trop sèche ajouter une goutte de lait.
  2. Laisser reposer une demie heure au frigo, après prendre la boule et la baisser à une épaisseur d’environ 3 millimètres avec le rouleau à pâtisserie sur une feuille de papier sulfurisé. Mettre la pâte dans une moule et la cuire à blanc (avec des poids pour éviter qu’elle se gonfle) pendant 20/25 minutes à 180. La retirer du four et la laisser refroidir en enlevant les poids.
  3. Préparer la crème pâtissière. Mettre le lait sur le feu doux à bouillir avec les peaux de citron. A part battre les œufs avec le sucre pour les blanchir. Ajouter la farine. Enlever la casserole du feu et verser le lait bouillant sur les œufs et sucre. Continuer à battre et remettre l’appareil sur le feu. Continuer à remuer, sans jamais faire bouillir (donc le feu doit être très doux) jusqu’à quand la crème voile la cuillère. Éteindre le feu et laisser refroidir en mettant une pellicule sur la crème pour éviter qu’elle produise de la croûte et en enlevant les peaux du citron.
  4. Quand la crème a bien refroidi, à l’aide d’une spatule, la transférer sur la base de la tarte. Égaliser et distribuer les mures sur la surface.
Publicités
Cet article, publié dans Dessert, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Crostata aux mures et à la crème patissière

  1. routid dit :

    De beaux souvenirs…

    J'aime

  2. Encore un bel article. Ah, les souvenirs d’enfance !

    J'aime

  3. ecceamor dit :

    Cette crostata me fait rêver, d’autant que c’est encore la pleine saison des mûres. Je ne sais pas si j’arriverai à un si beau résultat, mais votre recette me plaît beaucoup, elle est si simple et si naturelle dans sa composition. J’aime aussi l’idée d’ajouter des écorces de citron dans la crème pâtissière. Merci Silvia pour ce dessert 100% dreamy ! 🙂

    J'aime

  4. Ping : La recette (presque) perdue : Le gâteau Fedora dans les memoires d’Alessandra | Blog de cuisine de l'AMAP Belles Fontaines de la vallée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s