J’ai rendez vous avec moi : La tarte salée citrouille « Jack Be Little », épinards, épices

Depuis désormais quatre ans j’ai commencé un parcours de développement, très beau et profond. Il y a quatre ans une femme extraordinaire, Isabelle, que j’avais rencontrée dans un cadre professionnel, m’a invité à la joindre dans un atelier qui se tenait aux Pays Bas. Le titre c’était « Coming Into Your Own ». Je venais d’avoir ma deuxième fille, Gabrielle, au travers d’une grossesse assez dramatique et ce titre, avec son idée de se retrouver et de revenir à soi, m’avait tout de suite accrochée. Le sujet, m’avait dit Isabelle, était le leadership féminin…avec un bébé de sis mois, entre change des couches, nuits insomniaques, kilos de trop, travail à reprendre et reste de la famille à gérer j’avais ressenti ce sujet très proche et résonnant…Contrairement à mes principes de maman italienne (jamais je quitte mon bébé !) j’étais donc partie pour la campagne autour de Rotterdam en me tirant toutes les bonnes doses de lait maternel avant de partir, pour que la petite ne se sent pas trop abandonnée et en la confiant, assez préoccupée, mais aussi avec un sens de soulagement, à son papa.  A l’atelier ce qui m’avait tout de suite frappée c’était la quantité de femmes (nous étions environ 60) et la facilité avec laquelle nous entrions en relation les unes avec les autres. Et encore, ce qui m’avait frappé, c’était la vitesse à laquelle l’atelier touchait, pour chacune d’entre nous, des questions fondamentales, à la fois liées au monde du travail et personnelles, des questions telles : comment ça se fait que je n’arrive pas à dire non ? Ou que quand je le dis je me sens coupable ? Pourquoi devrais-je me couper de mes émotions quand je suis au travail ? Comment m’épanouir en ce qui est vraiment important pour moi, tout en restant une bonne mère, compagne,… ? Comment jongler entre un travail intéressant et ma vie familiale ? Comment reconvertir ma vie professionnelle pour qu’elle soit plus alignée avec ma vocation ? …Ces questions, que chacune d’entre nous s’était maintes fois posées toute seule, étaient maintenant posées dans le collectif et, comme par magie, elles trouvaient non pas une solution, mais un sens plus large qui nous faisait sentir moins seules, parts de quelque chose de transcendant, une lignée féminine universelle, en recherche et en mouvement pérenne…Bref, dès mon retour des Pays Bas j’ai relu ma vie professionnelle (et personnelle aussi) et j’avais décidé que de passer ce qui me restait de vie professionnelle, autour de l’accompagnement des femmes sur leurs questionnements, était ce qui aurait fait du sens pour moi. Et que de devenir accompagnatrice de ce genre d’atelier aurait été parfaitement en ligne avec cette intention. C’est donc à partir de ce moment la que j’ai commencé mon parcours de formation pour pouvoir prendre le rôle de guide des ateliers Coming Into Your Own (en France « J’ai Rendez Vous Avec Moi) et depuis la j’ai eu l’occasion de guider nombre de femmes dans ce parcours d’écoute profonde de soi-même, des autres, des contextes. Ce parcours a été fait avec nombreuses femmes avec lesquelles, de temps en temps, nous accompagnons ensemble des ateliers. Avec ces femmes j’ai une relation assez forte et particulière : nous pouvons rester des semaines sans nous voir, sans nous appeler, mais en sachant, plus ou moins où nous en sommes… Nous sommes reliées, au de la de la technique et des réseaux sociaux, par un réseau « naturel », un écosystème féminin qui nous supporte, contient et soutien. Je vous raconte tout cela juste pour vous dire que cette année, l’allée vers notre lieu chéri-chéri pour tenir ces ateliers en France, c’est-à-dire « La ferme de Divali » dans le Morvan, c’est faite en passant par Fontainebleau. Mes super copines et collègues, Isabelle, Stéphanie et Pernette, sont venues donc déjeuner chez moi sur la route pour Divali et moi j’étais super excitée de pouvoir cuisiner pour elles avant de partir toutes ensemble. J’avais ces quatre cucurbitacées mystérieuses (quatre comme nous quatre !) et je me suis dite que de cuisiner avec un ingrédient duquel je ne savais pas le nom aurait été une bonne métaphore pour le travail qui nous attendait…Depuis la j’ai fait des recherches et je sais que ce que nous avons mangé c’est de la citrouille « Jack Be Little », au délicat saveur de châtaigne.  Les autre ingrédients sont venus en m’inspirant de la super nourriture qu’on mange dans le Morvan, préparée par Ariane Cohen, la reine de Divali,  qui n’est pas seulement une des meilleures thérapeutes ayurvédiques françaises, mais aussi une chef créative et originale. C’est par son livre de cuisine ayurvédique que j’ai appris l’utilisation des épices et c’est comme ça qu’on en retrouve un petit peu partout dans cette tarte…

Tarte Jack Be Little

Tarte à la citrouille « Jack Be Little » , épinards, épices

Citrouille et tranches

 Ingrédients (8 parts environ)

Pour la pâte

  • 150 grammes de farine
  • 50 grammes de farine de sarrasin
  • 50 grammes de farine de châtaigne
  • Un œuf
  • 125 grammes de beurre
  • Une belle cuillère à soupe de curcuma
  • Une petite cuillère de curry
  • 5 grammes de sel

Pour la farce

  • 4 petites citrouilles « Jack the Little » (ou si vous ne le trouvez pas un potimarron moyen)
  • Une poignée de jeunes pousses d’épinards
  • 250 grammes de ricotta
  • 3 œufs
  • 50 grammes de parmesan râpé
  • Une cuillère à café de noix de muscade râpée
  • Une goutte de lait
  • sel et poivre du moulin
  1.  Cuire les « Jack be Little » au four à 190° pendant 40 minutes, avec leur peau.
  2. Préparer la base de la tarte. Mélanger les farines tamisées avec le beurre en travaillant avec la pointe des doigts pour former des miettes. Ajouter l’œuf, les épices, le sel et travailler, en ajoutant éventuellement une goutte d’eau froide, jusqu’à obtenir une boule lisse. Envelopper la boule de film plastique et la mettre au frigo pendant une demi-heure.
  3. Peler les petites citrouilles, les évider des grains et les couper en tranches.
  4. Baisser la base de la tarte sur une hauteur d’environ 3 millimètres. La poser sur des papiers sulfurisés dans un plat à tarte.
  5. Garnir le fond avec les tranches de citrouille, en posant aussi ici et la sur le fond, quelques pousses d’épinards bien lavé et égouttés.
  6. Allumer le four 180°.
  7. Préparer l’appareil. Battre les œufs à la fourchette, ajouter le ricotta, continuer à mélanger à la fourchette, ajouter le parmesan, le lait, la noix de muscade. Régler le sel et le poivre.
  8. Distribuer l’appareil régulièrement sur le fond de tarte, en faisant attention que les tranches de citrouille soient bien couvertes.
  9. Mettre la tarte au four et laisser cuir pendant environ 50 minutes.
  10. Servir tiède ou froide.
Publicités
Cet article, publié dans Entrée, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour J’ai rendez vous avec moi : La tarte salée citrouille « Jack Be Little », épinards, épices

  1. natalie dit :

    Je ne savais pas tout ça sur ton atelier! !! Il faudra que tu m’en parles….
    Et évidemment, la tarte a l’air délicieuse!

    • silviagollini dit :

      🙂 Nat il faut que tu viens! je suis sure que tu adorerais…il y en aura un autre en mars à Divali (moi j’y serais pas donc tu pourra y aller plus tranquille) et après un autre encore à Fontainebleau en mai mais la j’y suis 🙂 bisous, les jours prochains il y aura le billet anniversaire ciaoooo

  2. Matthieu Daum dit :

    la tarte était indeed très très bonne; extraordinaire je dirai en fait …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s