Tarte tomates aux caramélises et pesto d’orties #Confinement 34

Mes raids dans les champs en lisière de forêt continuent, de tout en plus que depuis que j’ai découvert les orties, j’ai développé une espèce d’addiction à la consommation et que je trouve tellement excitant pouvoir préparer des plats avec quelques chose qui est gratuit, abondant, pour lequel il n’y a pas la course à l’accaparement, qui pousse tout seul et qui est un plus vachement bon! Mes orties, pour ne pas enfreindre la règle de la forêt interdite – on dirait le titre d’un compte de fée…ah si ça pouvait bien finir avec un beau happy end et tout le monde heureux! – je le vais chercher dans les chemins qui la côtoient, armée de gants (non ce n’est pas pour le COVID) et d’un grand sac. Les personnes qui passent me regardent assez bizarrement…Et je me souviens de quelque chose pour laquelle on se moque toujours de mon mari, cela aussi liée à la collecte de quelque chose qu’apparemment personne ne veut. Un jour nous étions en train de nous promener dans le parc du chateau quand Matthieu a commencé à ramasser, avec un pèle et un seau remmenés de la maison, le caca des chevaux pour la mettre dans le compost. Les filles et moi on s’est éloignées en faisant semblant de ne pas le connaître et il est resté seul avec sa pèle et son seau. Après quelques moments un couple de touristes orientales (japonais? ) est arrivée et a commencé à indiquer Matthieu et le prendre en photo. Avec les filles nous avons éclaté de rire, en pensant à la projection hivernale des photos pour les copains du couple invités à un diner piège-photo-des-vacances, et à l’apparition du grand monsieur un peu taré qui ramasse le caca de chevaux. Et nous avons commencé à rigoler en imaginant les dialogues qui auraient suivi cette projection…comme quand on va à l’étranger et, en ayant vu une ou deux choses qui sont différentes de comment on les feraient chez nous, on rentre dans notre pays et on généralise en disant « mais tu sais, les suédoises…ou les suisses…ou les canadiens » etc. et nous avons imaginé, pendant la soirée, le couple décrire les mœurs bizarres des français « tu sais les français quand ils vont au parc ils aiment bien ramasser la merde, mais oui je te jure, d’autre côté c’est connu ils sont salles… »

Pour cette tarte j’ai trouvé des très belles tomates au marché que j’ai caramélisé, les premiers d’une longue série, j’ai hate que la saison commence vraiment. Disons que ceux qu’on trouve pendant l’été sont meilleurs mais avec un peu de miel la chose s’est très bien arrangé quand même! Et le pesto d’ortie…il va sans dire…extraordinaire!!! La tarte a la particularité, comme beaucoup de mes recettes d’été, d’une cuisson séparée des ingrédients et d’un montage final, si possible quelques heures avant de la servir pour que les ingrédients, n’ayant pas cuit ensemble, puissent bien se mélanger.

Ingrédients

Pour la pâte brisée

  • 250 g farine T80 (seule disponible :-)))
  • 1 cuillère à café de sel
  • 60 ml d’huile d’olive
  • 120 ml d’eau froide

Pour les tomates caramélisés 

  • 800 grammes de tomates cerise
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive vierge extra
  • 1 cuillère à soupe de miel d’acacia
  • sel et poivre
  • 1 cuillère à soupe d’herbes différentes (thym, romarin, origan)

Pour le pesto d’orties

  • 400 grammes d’orties (poids « entier » avant d’enlever les tiges et laisser que les feuilles. Prenez seulement le haut, la où les feuilles sont plus tendres vu la consommation crue)
  • 2 gousses d’ail
  • 1 verre d’huile d’olive vierge extra
  • une poignée d’amandes émondées
  1. Faire la base à tarte. Travailler avec la pointe des doigts tous les ingrédients, en faisant d’abord des miettes avec la farine, le sel et l’huile d’olive et en rajoutant au fur et à mesure l’eau jusqu’à obtenir une boule lisse. Laisser reposer une vingtaine de minutes et baisser sur une hauteur de 3 millimètres.
  2. Allumer le four 180°. Bien huiler le plat à tarte ou y mettre du papier sulfurisé. Poser la pâte à tarte dans le plat, en retirant l’excédant. Percer avec une fourchette le fond et la mettre à cuire pendant environ 30 minutes. Quand elle est cuite la laisser refroidir sur une grille.
  3. Cependant préparer les tomates. Les couper en deux. A part mélanger l’huile d’olive, le miel, le sel et poivre, les herbes, bien assaisonner les tomates et les cuire environ 20 minutes à 180° dans le four. Réserver.
  4. Faire le pesto. Dans le robot mettre tous les ingrédients et hacher pas trop fin.
  5. Quand la base est prête et froide composer la tarte. Bien distribuer le pesto sur le fond, distribuer ensuite les tomates, décorer avec quelques brins de romarin. Servir tiède ou froide.
Cet article, publié dans Apéro, Entrée, Plat principal, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Tarte tomates aux caramélises et pesto d’orties #Confinement 34

  1. carrara dit :

    « Mes raids dans les champs en lisière de forêt continuent de tout en plus que depuis que j’ai découvert les orties j’ai développe » ça veut dire quoi ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.