Lingue di suocera au surplus de levain #confinement 2

Mon pauvre levain avait été, lui aussi, comme le blog, un peu abandonné. Et quand je suis allée pour le rafraîchir, avec son poids en eau et son poids en farine, je l’ai fait avec très peu d’espoirs de le voir revivre, il était tout gris et collant, il avait l’air vraiment mort et il faisait aussi une odeur un peu trop acide. Et en fait non, le miracle s’est produit, après un jour sans bouger, dans lequel je m’était dit qu’il fallait le jeter, il a repris à se gonfler, dans son pot au frigo, et à faire bien des bulles, le signal qu’il est vivant. Et je dois dire qu’en ce moment de le voir dans son pot c’est une des choses qui me rassurent, qui me font penser que je vais pouvoir continuer, par exemple, à faire du pain ou de la pizza même sans sortir plusieurs jours. Le levain Gino est un copain depuis quelques années, j’aurais été très triste de m’en séparer. La recette que je vous partage aujourd’hui, chez le boulanger à côté de l’ancien chez moi de Bologne s’appelle « Lingue di suocera »: il s’agit d’une espèce de schiacciata…je ne sais pas comment et si on l’appelle d’une quelque façon en français, mais c’est quelque chose que vous pouvez utiliser à la fois pour le petit déj, si vous le prenez salé, mais aussi pour l’apéro…on en refera peut être un jour, si non maintenant c’est devant Zoom si jamais on a le moral. L’element intéressant de cette recette c’est qu’elle est faite avec quelque chose que normalement on jette, c’est à dire l’excès qui reste après avoir rafraîchi son levain une fois par semaine environ. Et en ce moment je n’ai aucune envie de gaspiller et pour moi de mettre sur la table cela a eu une double plaisir. Le premier, les cris de joie de mes filles, que en ce moment sont encore plus précieux, quand elles ont pu prendre leur petit déj avec les schiacciate;   le deuxième d’éviter de jeter, qui a la valeur de commencer à prendre ces bonnes habitudes pour un après qui va être forcement plus pauvre et je l’espère, au moins, plus écologique.

Lingue di suocera

Ingrédients

  • 100 grammes d’excès de levain (ce qui vous reste après en avoir rafraîchi une dose normale hebdomadaire)
  • environ 60 grammes d’eau
  • 90 grammes environ de farine
  • 50 grammes huile d’olive
  • Romarin
  • sel
  1. Dissoudre dans une partie de l’eau prise du total l’excès de levain, ajouter une bonne cuillère d’huile d’olive et laisser reposer cinq minutes.
  2. Ajouter le reste de l’eau, la farine, une cuillère à café de sel fin et travailler jusqu’à obtention d’une boule lisse (en rajoutant, éventuellement, un peu d’eau ou de farine si elle vous semble trop sèche ou trop humide). Laisser reposer couvert pendant 2 heures.
  3. Chauffer le four 200°.  Reprendre la boule, la diviser en petites boules d’environ 40 grammes chacune. Laisser encore reposer 10 minutes.
  4. Dans un bol hacher le romarin, ajouter le reste de l’huile et du sel de Guérande en faisant un mélange.
  5. Prendre les petites boules et les baisser à l’aide du rouleau à pâtisserie en les faisant très fines. Le plus fines elles seront, le plus elles seront craquantes. Déposer les ovales que vous avez obtenus sur une plaque allant au four. Étaler sur la surface le mélange romarin huile sel que vous avez fait.
  6. Laisser cuire chaque plaque pendant une dizaine de minutes, faites bien attention, les miennes étaient un peu brûlées…mais il faut dire qu’ici tout le monde les adore comme ça.
  7. Servez le avec du saucisson, avec du fromage de chèvre frais, avec des sauces variées, avec du jambon…mais seules aussi elles sont sublimes!
Cet article, publié dans Apéro, Entrée, Herbes fines, Italie, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Lingue di suocera au surplus de levain #confinement 2

  1. carrara dit :

    « Mon pauvre levain avait lui aussi, comme le blog, était un peu abandonné »
    « il avait l’aire »
     » il faisait aussi un odeur  »
    « je m’était dite  »
    « dans son pots  »
    profitez du confinement pour revoir le Bescherelle !

    J'aime

    • silviagollini dit :

      Merci d’avoir pris le temps de corriger! Ceci n’est pas un blog de littérature mais de cuisine…je parle trois langues que j’utilise professionnellement, une de ces trois l’italien, je l’écris aussi parfaitement…vous aussi j’imagine bonne journée PS il n’y a pas que le levain qui dévient acide 🙂

      J'aime

  2. Florence dit :

    Bonjour,
    Merci pour toutes ces recettes à base de reste de levain. Je débute dans l’art du levain, comme beaucoup grâce au confinement. J’ai donc testé la recette ci-dessus. Pur ma part, j’ai du quasiment doubler la dose de farine pour pouvoir faire une boule de ma pâte. est-ce du au levain (le mien contient moitié farine (de seigle), moitié eau), ou à la farine (j’ai pris de la semi-complète? Cordialement,
    Florence

    Aimé par 1 personne

    • silviagollini dit :

      Merci Florence En fait ça depend en effet de la capacité de la farine à absorber l’eau qui varie enormement selon les différents types. Est-ce que le produit final était bon? Bonne journée de confinement!!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.