Les muffins de Charlotte #Confinement 42

Depuis que nous sommes confinés, chaque matin, je sors avec ma plus jeune fille, qui est la première à se réveiller, pour l’emmener faire son heure de marche selon les règlements, à moins d’un kilomètre de chez nous. Nous avons trouvé un chemin à l’intérieur de la zone autorisée, qui mène à la lisière de la forêt. Lorsque nous nous promenons le long de cette rue, du moins pendant un certain temps, nous avons l’impression d’être vraiment immergés dans la nature, même si nous sommes en fait au milieu de la ville. Les premières fois que nous l’avons parcourue, nous avons ressenti, ensemble, quelque chose de très proche du bonheur. Bien que nous ayons cette sorte de laisse attachée sur le dos qui nous limite à un kilomètre et malgré l’interdiction absolue de pénétrer dans l’immense forêt de Fontainebleau, nous pourrions passer un moment immergées dans la nature, ou du moins en avoir l’illusion. Nous avons respiré profondément, écouté les oiseaux, regardé les nouvelles feuilles des arbres qui étaient en train de naître. Au fil des jours, même ce chemin enchanté est devenu monotone et prévisible et la promenade est entrée dans une sorte de routine, avec le bavardage de ma fille en arrière-plan. Ce matin, au contraire, il est apparu, lui, l’arbre à nœud, un grand arbre avec un bizarre nœud au milieu du tronc, et nous nous sommes toutes les deux arrêtées pour le regarder. Nous ne l’avions jamais vu auparavant, mais nous l’avons quand même côtoyé pendant au moins dix jours. J’ai revu un regard enchanté dans les yeux de ma fille et j’ai repensé avec une grande nostalgie à la dernière fois où j’avais vu ce pur émerveillement pendant nos vacances à Stockholm. J’ai aussi pensé au voyage que nous avions prévu de faire en famille dans les Républiques Baltes lorsque le monde était encore grand. Le monde est maintenant devenu petit. La plupart du temps, il va de la salle à manger, au canapé, aux chambres, avec quelques incursions dans le jardin et nous sommes pleins de gratitude pour cela, parce que nous savons qu’il y a des familles beaucoup plus nombreuses qui vivent l’enfermement dans 40 mètres carrés, pour lesquelles le monde est beaucoup plus petit que pour nous. Même mon monde professionnel, qui était vaste et étendu, qui comprenait des voyages en avion et des traversées de l’océan et des rencontres toujours nouvelles, a été limité à mon bureau et à mon ordinateur. Le monde ne sera plus grand après la fin de la fermeture, car il sera toujours difficile de voyager et mon travail de consultante ne sera plus jamais le même qu’avant, plus jamais. Plus jamais la fatigue du voyage, l’attente dans les aéroports, les grèves et les désagréments mais aussi l’excitation du bruit des roues de la valise une fois la porte de la maison fermée, la découverte de nouveaux lieux, de nouvelles cultures… L’arbre avec le nœud ce matin m’a fait réfléchir à l’importance de continuer à trouver des sources d’étonnement, de nouveauté, de continuer à nourrir la créativité, la capacité à changer de point de vue, à réaliser ce qu’il y a, même dans ce monde qui s’est soudainement rétréci. L’importance de continuer à voir le nouveau, de ne pas suivre le même chemin mais, comme dans les versets découverts au cours de management (merci au professeur Rosa et à ses cours merveilleux, qui me les ont fait découvrir ) de « revenir au point de départ et de le voir avec des yeux nouveaux ». Cela m’a fait penser que si jusqu’à présent j’avais besoin d’un télescope pour regarder au loin, maintenant j’ai davantage besoin d’un microscope parce qu’à l’intérieur de ce petit monde il sera important de ne pas perdre les détails, d’être plus attentif aux nuances, aux signaux faibles, aux silences, aux pauses, de ralentir pour ne pas manquer d’autres arbres noués.

La recette d’aujourd’hui engage encore mes filles, car les deux adorent cuisiner et ces muffins les ont réalisés seules, pour leur goûter, et ils étaient d’une bonté surprenante (et moi je ne suis mais vraiment pas du tout une fan de muffins, je dirai plutôt le contraire). J’avais eu des suspects de leur bonté quand, de mon bureau et devant mon Zoom, j’ai senti un parfum celestial se faufiler et en téléconférence j’ai commencé à avoir une faim de loup. Je suis sortie et les deux coquines étaient en train de sortir du four l’anti régime du jour…je n’ai pas pu m’abstenir de les goûter, il faut honorer les chefs d’oeuvre des enfants quand même 🙂

Ingrédients (une douzaine de muffins)

  • 190 grammes de farine
  • une cuillère à café de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • 90 grammes de sucre
  • 80 grammes de beurre fondu
  • une cuillère à café d’extrait de vanille
  • 140 grammes de pépites de chocolat noir
  • 1 cuillère à soupe de cassonade
  1. Chauffer le four à 200 dégrés
  2. Battre légèrement l’oeuf avec le sucre, ajouter le lait, le beurre fondu, la vanille, la farine précédemment tamisée avec la levure et le sel.
  3. Incorporer environ 100 grammes de pépites de chocolat, bien farinées pour qu’elles ne tombent sur le bas des muffins, à la préparation.
  4. Verser dans des moules à muffins revêtu de papier sulfurisé (mes filles, très astucieusement, avaient fait des lanières de papier sulfurisé, mis deux lanières en forme de croix dans chaque trou, comme ça les muffins sont restés très jolis) en remplissant environ le 3/4 de chaque trou. Parsemer chaque muffin de quelques pépites restantes du total.
  5. Enfourner 5 minutes à 200 et diminuer la température à 180°. Laisser cuire encore environ 15/20 minutes, testez les une fois passé les 15 minutes pour éviter qu’ils ne devient trop durs.
  6. Enlever du four, laisser tiédir avant de démouler
Cet article, publié dans Dessert, Gouter, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Les muffins de Charlotte #Confinement 42

  1. wattoote dit :

    magnifiques ces muffins ils sont TOP

    Aimé par 1 personne

  2. Tes filles sont douées, ça a l’air vraiment appétissant…Je trouve ça aussi bien présenté dans la coupe, à bientôt.

    Aimé par 1 personne

  3. Kerm dit :

    Bonjour,
    Il est question de lait dans le recetten; mais je ne trouve nulle part la quantité ? Merci d’avance

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.