Aïoli et mariages en Provence

Derrière l’aïoli que j’ai préparé aujourd’hui, il y a toute une histoire. Il y a seize ans, à peu près à la même époque, j’ai mangé le premier aïoli de ma vie, en Provence, quelques heures avant mon mariage. Je sais que ce n’est pas vraiment l’idéal de déjeuner avec cela, quelques heures avant de dire oui, de « bisou à la mariée », d’embrasser les invités, des photos avec la famille, les amis, des félicitations à recevoir et à répondre sans peut-être assommer les pauvres invités, mais bon… J’ai passé les trois ou quatre jours précédant mon mariage, qui a eu lieu à Ménerbes, séparée de mon mari, qui logeait avec d’autres invités dans sa maison familiale. Moi, ma famille italienne et les témoins étions dans une maison voisine et la propriétaire avait préparé ce merveilleux plat express pour nous faire goûter. Je ne pouvais surtout pas dire non, curieuse que je suis de déguster des nouvelles choses. J’ai réalisé presque immédiatement que ce n’était pas vraiment la bonne chose à manger juste avant de me marier, mon mariage était prévu pour 17h00; mais il était trop tard, la passion pour la nourriture avait pris le dessus sur les conventions sociales. Par ailleurs, le reste aussi de mon mariage a également été très particulier, notamment pour l’improvisation de certains détails que tous mes amies avaient planifiés au moins six mois à l’avance et que je me suis retrouvée à décider quelques jours en avance. Avant de me marier (enfin, ça aussi maintenant), je travaillais trop. La décision et la date du mariage avaient été fixées au moins sept ou huit mois avant pour pouvoir tout préparer tranquillement, mais à un certain moment, prise parmi trois mille choses, vers début juillet, donc un mois avant la date fatidique, en discutant au téléphone avec une amie, elle m’a demandé « alors la robe, comment est-elle ? » et là j’ai eu un moment de panique … eh oui, la robe, mais qui avait plus réfléchi à la robe ? Et j’ai vu la même amie me demander plusieurs fois d’aller ensemble essayer quelques robes, proposées chaque fois déclinées au point qu’à un certain moment l’amie a cessé d’insister.  J’ai immédiatement appelé une autre fidèle copine pour lui demander de l’aide et elle m’a dit d’aller voir une autre amie encore, qui tenait un magasin qui, en plus du prêt-à-porter haut de gamme, vendait aussi des robes de mariée. J’arrive essoufflée chez l’amie, je tente d’esssayer quelques trucs blancs et désespérés, je me regarde dans le miroir, je regrette les nuits de travail tardives et les rendez-vous reportés. Je suis au bord des larmes quand l’amie boutiquière me dit : « Pourquoi le blanc ? »…oui, pourquoi le blanc ? Et elle arrive avec LA robe que j’aime, une couleur entre le turquoise et le vert, longue, très simple mais fabriquée avec une soie absolument incroyable. Le temps de l’essayer et elle a été à moi ! Puis l’ami est allé chercher un joli tulle blanc avec une broderie argentée et a décidé que c’était le complément idéal. Trouver les chaussures qui allaient bien a été un instant. La robe a dû être un peu arrangée et nous avons décidé qu’elle arriverait en France avec mes parents par avion. Puis, quelques semaines plus tard, lors d’un dîner parisien, une amie designer et artiste m’a demandé « Et la robe ? (mais pourquoi cette obsession de la robe quand on se marie ? hum…). Je la lui ai décrite et je l’ai vu s’illuminer sur le mot « turquoise ». Mais quand je lui ai décrit le voile, avec une expression dégoûtée, il a dit « banal !! ». Nous sommes allés dans son atelier et il a sorti d’un tiroir des mètres et des mètres de tulle turquoise et finalement j’ai eu la robe que j’aimais ! L’autre détail oublié de mon mariage était le maquillage et la coiffure. Même ces éléments prennent normalement des mois, mais sur ce point je dois admettre ma paresse … non je ne les avais pas oubliés, c’est juste que perdre du temps dans ces détails absolument pas envie. Je suis donc arrivé le matin du mariage et après une matinée de baignade à la piscine, mes cheveux ressemblaient à un buisson. J’ai couru chez le coiffeur du village pour les faire réparer, mais quand, en sortant, mes deux témoins se sont penchés en riant, je me suis rendu compte que j’étais dans une situation difficile. Alors, à la maison, nous avons cherché des solutions et aujourd’hui, en regardant mes cheveux se hérisser lors du dîner de mariage, je me dis que l’odeur d’ail était peut-être le moindre des problèmes. A part cela, tout était beau :-), amusant, magique!

Pour en revenir à l’aïoli, je ne sais pas pourquoi je ne le fais pas plus souvent. C’est un plat délicieux, léger et varié. Bien sûr, il est préférable de ne pas avoir de rendez-vous d’affaires ou de voir des amis après, mais en ces temps de réduction des activités sociales, il faut absolument le réévaluer ! J’ai essayé, dans le mien, de mettre exactement les mêmes éléments que ce que j’ai mangé il y a seize ans, pour célébrer dignement mon anniversaire de mariage. La sauce en particulier était délicieuse

 

Ingrédients (pour 2)

Pour la sauce

  • 2 jaunes d’œuf
  • 1 verre d’huile d’olive vierge extra
  • 1 cuillère à café de moutarde
  • 2 gousses d’ail
  • 1 cuillère à café de jus de citron
  • un peu de sel et poivre

Pour le reste

  • 500 grammes de cabillaud
  • 6 grosses crevettes (je n’aime pas les boulots, ou mieux c’est eux qui ne m’aiment pas)
  • une poignée de radis
  • 8 œufs de caille
  • 300 grammes de mini carottes bio
  • 1/2 chou fleur
  • tout ce dont vous avez envie!
  1. Dans le bol du batteur mettre les jaunes d’œuf, l’ail écrasé, la moutarde. Commencer à battre aux fouettes et ajouter à fil l’huile d’olive. Quand la sauce a pris ajouter le citron. Saler et poivrer.
  2. Pour le reste cuisez tout à la vapeur. Les œufs de caille en 4 minutes seront dures. Le cabillaud est à cuire 12 minutes, le chou fleur 15 et les carottes aussi 15 vu qu’elles étaient très petites.
  3. Mettez tout sur un plat de service et servir froid, avec la sauce dans des petits ramequins individuels.
Cet article, publié dans Plat principal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Aïoli et mariages en Provence

  1. Il est parfait cet Aïoli , je dois dire qu’il y a rien à ajouter il y a une éternité que je ne trouve plus un Aïoli digne de ce nom au restaurant merci de me le remettre en mémoire. Pour le reste , votre préambule est vraiment désopilant . Merci .

    Aimé par 1 personne

  2. chumbert6569 dit :

    Ça donne envie, un bon plat familiale à partager 😉

    Aimé par 1 personne

  3. myrelar dit :

    Nice! 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.