Buns super moelleux #Confinement 26

Paradoxes du confinement. Nous sommes privé.e.s d’intimité et obligé.e.s de tenir les distances mais, avec cette chaleur, la tendance est plutôt à garder la fenêtre ouverte et, pour ceux et celles qui peuvent, à vivre dans le jardin. Pendant notre déjeuner,  nous étions en train de finir notre gigot et de manger les œufs de Pâques et une enorme dispute a éclaté parmi des voisins au sujet des poubelles. Un qui rapprochait à l’autre de ne pas faire attention, de toucher en laissant ses mains dessous, l’autre qui lui disait que ce n’était pas vraie, les voix qui augmentent de volume, les tons de plus en plus colériques, l’escalation verbale, au point qu’on s’est demandé s’ils n’allaient pas se frapper. Nous, à table, soudainement en silence,  muets après les grandes rigolades à l’ouverture des œufs en chocolat, en train de suivre toute la conversation sans trop nous faire remarquer, en échangeant des regards entre soucieux et moqueurs. Un inattendu élan professionnel est venu à un certain moment, d’intervenir, pour les faciliter et les aider petit à petit à voir où ils ne s’écoutent pas, où ils présupposent, où ils arrivent à la conclusion sans demander des données et toute la panoplie du consultant qui arrive, désormais, par reflex automatique. Et soudaine, toute de suite après, une pensée sur cette intimité qu’on évite à tous prix pour ne pas s’exposer au contagion et qui revient, forcée, involontaire, non contenue, au delà des murs dans lesquels nous sommes confiné.e.s pour éviter cette même intimité …des mots qui ne sont pas censés être publiques qui le devient, qui s’échappent, qui nous font mêler des vies des autres juste quand nous sommes plutôt censé.e.s surtout ne pas le faire…

La recette du jour…une super activité à faire en famille, celle de produire ses propres burgers. Je sais qu’il n’y a rien de nouveau mais je me demandais, en pétrissant mes buns, quand avait été la dernière fois que j’avais pu même seulement de penser de faire un truc pareil…la dernière fois qu’on avaient mangé des burgers étant un soir où j’étais allée chercher Matthieu à la gare après une longue journée de travail et on avaient vu l’adoré camion de Yummy gare sur le parking. La j’ai risqué mon dernier paquet de farine car – trop tard pour utiliser mon levain Gino – j’ai cherché les miettes d’un dernier cube de levure achetée il y a quelques temps chez le boulanger. Et ça marchait encore!!! Je vais vous donner, un des jours prochain, la recette pour faire sa levure, par contre je vais vous la donner seulement une fois que je l’aurais essayée et vérifié que ça marche!

Ingrédients (10 buns moyens)

Ingrédients (une trentaine de panini)

  • 500 grammes de farine
  • une cuillère à café de sel
  • 12 grammes de levure boulangère fraîche
  • 100 millilitres d’eau
  • 200 millilitres de lait
  • 40 grammes de sucre
  • 50 grammes de beurre
  • 1 œuf + 20 grammes de lait pour badigeonner avant de passer au four
  1. Dissoudre la levure dans l’eau et le lait à température ambiante avec une moitié de cuillère à café de sucre. Attendre environ 15 minutes, normalement vous verrez des bulles apparaître sur la surface
  2. Mettre le tout dans la cuve du robot, avec l’outils pétrisseur. Ajouter le beurre fondu, la farine, en dernier le sel qui ne doit jamais toucher la levure et travailler jusqu’à obtention d’une boule lisse.
  3. Mettre le tout dans un bol couvert d’un torchon et laisser pousser pendant environ 2 heures au chaud et loin de courants d’aire, jusqu’à redoublement.
  4. Reprendre la boule, et former les buns? Prélever une petite boule d’environ 80 grammes, la façonner, replier les bords en bas. Mettre toutes les petites boules sur la plaque à four, couverte d’une feuille de papier sulfurisé. Laisser encore pousser environ une heure.
  5.  Chauffer le four 200°.
  6. Badigeonner les petits panini de lait mélangé avec l’œuf battu. Laisser cuire pendant 15 minutes jusqu’à quand ils seront bien dorés. Laisser refroidir et pendant qu’ils refroidissent préparer la viande, les oignons, la salade, et tout le reste qui sera leur farce!

 

Cet article, publié dans Plat principal, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.