Gnocco fritto

Si vous avez été en Italie, en particulier en Emilia Romagna, en Toscane, ou dans les Marche ce n’est pas possible que vous n’ayez pas goûté au gnocco fritto, du moins je l’espère bien car c’est un délicieux street food  que l’on peut trouver un peu partout, pour accompagner, par exemple, des abondants plateaux de charcuterie, en particulier de jambon de Parme ou San Daniele, de mortadella, de coppa ou même de fromages, en particulier un que malheureusement je n’ai jamais vu en France, à pâte molle, qui s’appelle squacquerone et qui est absolument parfait avec le gnocco. Pour l’avoir, vous l’avez peut être appelé crescentina, ou pinzino, ou pasta fritta, ou ficattola ou avec un autre des dizaines des noms, qui changent dès que vous faites 10 kilomètres vers l’Est ou l’Ouest de la Via Emilia, ou dès que vous allez un peu vers le nord ou vers le sud. Ce qui rend si bon le gnocco est aussi le fait qu’il y a, dedans et dehors, une grande abondance de saindoux : dedans, mais aussi dans la cuisson; il est en fait cuit dans du saindoux. Avec l’affligeante attention contemporaine pour l’alimentation même le gnocco est en train d’être mise au régime, on en trouve de plus en plus qui sont tout simplement cuit dans de l’huile de tournesol, mais le goût n’est pas du tout pareil. Personnellement j’ai été fidèle à la recette traditionnelle, juste en faisant bien attention à que le saindoux soit de bonne qualité. C’est Paulau, le génial marchand de porc du marché de Fontainebleau, qui a été mon dealer pour une grosse boule de saindoux bien bio.

Ingrédients (une quarantaine de gnocchi fritti de dimensions environ 3×3)

  • 1 kilo de farine
  • 70 g de saindoux
  • 300 ml environ d’eau petillante (j’ai mis de la San Pellegrino)
  • 100 ml de lait
  • 10 grammes de levure boulangère fraîche
  • une bonne pincée de sel

Pour la friture

une grosse boule de saindoux

  1. Dissoudre la levure dans l’eau et le lait et laisser reposer 5 minutes.
  2. Ajouter par petites quantités la farine, le saindoux et, en dernier le sel
  3. Pétrir jusqu’à former une boule homogène. Mettre la boule dans un grand bol et laisser redoubler de volume.
  4. Passé ce temps reprendre la boule et sans la retravailler la baisser au rouleau sur une hauteur d’environ 3 millimètres. Couper dans la pâte des losanges
  5. Mettre la boule de saindoux à chauffer dans une poêle assez profonde (la hauteur du matériel de friture doit être environ 3 centimètres). Tester si le saindoux est suffisamment chaud en plongeant une petite quantité de pâte dedans, si vous voyez des petites boules qui se forment et si la pâte remonte à la surface après avoir coulé ça veut dire que vous pouvez commencer à frire les losanges.
  6. Frire toutes les losanges en ayant bien soin de le déposer sur une feuille alimentaire absorbante (papier jaune) avant de les disposer dans le plat de service
  7. Servir de suite avec abondante charcuterie.

 

Cet article, publié dans Apéro, Entrée, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.