Strozzapreti au cèpes (boletus badius) et courgettes, Giuseppe Gioacchino Belli et rencontre entre Emilia Romagna et Inde

Ces strozzapreti ont fait beaucoup discuter mes copains italiens sur un groupe facebook…s’agit-il de « vraies » strozzapreti ou non? En fait pour les faire j’ai suivi plusieurs recettes trouvées sur le net. Les strozzapreti sont bien une spécialité de ma région d’origine, l’Emilia-Romagna, mais pas du tout une spécialité de chez moi, car ma mère ne nous les a jamais faits. Donc forcement j’ai du faire confiance aux nombreuses sources trouvées à droite et à gauche et à mes souvenirs par rapport aux restos dans lesquels j’ai eu le bonheur de trouver des strozzapreti. Mais quand, toute fière,  j’ai posté mes strozzapreti sur le groupe de cuisine, ils n’ont pas fait content mon ami Marco, qui n’était  pas du tout d’accord pour appeler ceux la des « strozzapreti » : selon lui ils ne se font pas en baissant la pâte et après en roulant des morceaux dans les mains mais directement en roulant des petits morceaux de pâtes dans les palmes des mains. Sauf que…sauf que moi j’avais fait ca il y a quelques années (je dois encore avoir une photo jamais publiée car je les avais considérés très ratés).  Une fille dans le groupe m’a suggéré qu’ils pourraient plutôt être, par rapport à la technique utilisée, des « maccheroni al ferro », spécialité de Calabre. Bref est-ce que c’est légitime appeler mes pâtes des « strozzapreti »? Après longues recherches je dirais que oui…mais en me demandant aussi : faut-il, dans ces cas, suivre les réponses du net ou bien celles qui viennent d’une connaissance directe et expériencielle? En attendant vos pensés sur cela, je vous laisse avec un beau « sonetto »  de Giuseppe Gioacchino Belli, trouvé dans mes recherches sur ce blog très intéressant qui est dédié au poète. Dans le poème, intraduisible car écrit en dialecte romain, le poète décrit une promenade à la campagne, pendant laquelle un hôte offre un beau plat de « strozzapreti cotti cor zughillo » (donc peut être repassés à la poêle avec la sauce) et s’interroge sur le pourquoi de ce nom (strozzapreti en italien signifie « étrangle curés ») vu que les prêtres semblent les manger et rester bien en santé 🙂

LA SCAMPAGGNATA

Nun pòi crede che ppranzo che ccià ffatto
Quel’accidente de Padron Cammillo.
Un pranzo, ch’è impossibbile de díllo:
Ma un pranzo, un pranzo da restacce matto.
Quello perantro c’ha mmesso er ziggillo
A ttutto er rimanente de lo ssciatto,
È stato, guarda a mmé, ttanto de piatto
De strozzapreti cotti cor zughillo.
Ma a pproposito cqui de strozzapreti:
Io nun pozzo capí ppe cche rraggione
S’abbi da dí cche strozzino li preti:
Quanno oggni prete è un sscioto de cristiano
Da iggnottisse magara in un boccone
Er zor Pavolo Bbionni sano sano.
16  novembre 1834

Mais mise à part la philologie et les discussions sur la seule, unique et bonne recette des strozzapreti, revenons à MES strozzapreti. Parce que la aussi il y a une histoire à raconter…bon après presque deux semaines sans poster dans le blog j’ai bien le droit à un de mes billets infinis…Donc j’étais à la fête de l’école de Gaby en juin (donc de la maternelle) et j’ai vu une femme indienne assez éperdue. J’ai eu tout de suite un mouvement de sympathie pour cette femme, car je me suis souvenue que moi aussi à l’arrivée à Fontainebleau j’avais cette aire éperdue (parfois ça dure encore!). Je me suis donc approchée d’elle et nous avons commencé à bavarder en anglais. Elle m’a dit que les enfants n’appréciaient pas son « lassi » et moi j’ai remédié en m’en faisant un pair de verres…ben un goût extra, moi j’adore le lassi, dommage pour les petits addicted du Coca et Oasis. Donc nous avons commencé à discuter « cuisine », un thème qui est toujours un bon terrain d’amitié internationale et après nombre d’échanges nous avons établi de nous retrouver après l’été pour une journée d’échange culinaire. Et samedi dernier la journée est venue, et Saroj est arrivée chez moi avec sa fille et son petit-enfants. Malheureusement je n’ai pas pu tenir ma promesse d’une journée entière…les activités des filles (et relatif taxi-maman du samedi) ont fait que nous nous sommes vues plutôt pour quelques heures de cuisine qui ont été extra. Donc, Saroj a appris à rouler des strozzapreti et moi j’ai appris à faire du chapati avec une farce d’oignons et chutney de coriandre absolument mortellement bonne…je me ferais donner la recette par Saroj pour la partager, même si je ne suis pas du tout sure de pouvoir la répéter. Le matin une autre super copine m’avait emmené pleins de champignons collectés en forêt…donc nous avons pu faire un vrai festin de pâtes et de champignons. Et la encore je n’ai pas suivi les conseils italiens (ail et persil comme base des cèpes) mais je me suis souvenue d’une très belle émission de FranceInter (celle du dimanche matin) dans laquelle une chef recommandait de ne rien ajouter aux cèpes, pour éviter d’en abîmer la perfection gustative. Et c’est comme cela que j’ai fait, en cuisant les courgettes que je voulais mettre avec dans une autre poêle. Le résultat a été très bon et l’amitié Inde-Italie-France bien établie…

Strozzapreti et boletus bai

 Strozzapreti au cèpes (boletus badius) et courgettes

Strozzapreti making of

Strozzapreti making of

Ingrédients (4 personnes)

Pour les strozzapreti

  • 500 grammes de semoule fine de blé dur
  • eau chaude environ 150 grammes (mais ajoutez la petit à petit pour éviter toutes inondations)

Pour la sauce

  • 1000 grammes de boletus badius (ou autres champignons que vous avez trouvé en foret!)
  • 4 courgettes fines
  • une poignée de persil haché
  • huile d’olive vierge extra
  • sel et poivre
  1. Faire les strozzapreti. Dans un bol mélanger la farine et l’eau ajoutée petit à petit jusqu’à obtenir une boule lisse (il faudra environ pétrir pendant 5 minutes)
  2. Prendre la boule et la baisser au rouleau pas trop fine (environ sur une hauteur de 2 millimètres)
  3. Couper des lamelles d’environ 2 centimètres d’hauteur et rouler chaque lamelle dans les palmes des mains pour obtenir les strozzapreti (regarder la photo et Saroj qui le fait)
  4. Fariner bien les strozzapreti une fois qu’ils seront prêts en surtout ne pas les superposer, peine de reformer la boule exactement comme si vous n’avez pas travaillé, bref perdre un après midi
  5. Laisser reposer les strozzapreti dans un endroit sec et sans humidité
  6. Faire la sauce. Nettoyer les cèpes, enlever le pied qui est dur, couper les chapeaux en lamelles pas trop fines (environ 1 centimètre)
  7. Couper les courgettes en lamelles
  8. Dans deux poêles séparés laisser aller les cèpes avec deux cuillères à soupe d’huile d’olive pendant une vingtaine de minutes. Saler abondamment. Faire la même chose mais pendant 15 minutes avec les courgettes. A la fin mélanger les deux poêlés dans la plus grande.
  9. Faire bouillir de l’eau et jeter dedans les strozzapreti. Laisser reprendre ébullition et quand ils remontent à la surface, attendre encore une trentaine de seconds et les égoutter à l’aide d’un écumoire.
  10. Transférer les strozzapreti dans la poêle avec la sauce, mise sur le feu, les faire sauter encore quelques secondes et servir à table très chauds, en parsemant de persil haché.
Saroj fait les strozzapreti

Rencontre Emilia Romagna – Inde : Saroj fait les strozzapreti

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Strozzapreti au cèpes (boletus badius) et courgettes, Giuseppe Gioacchino Belli et rencontre entre Emilia Romagna et Inde

  1. Bonjour, savez vous qu’en Corse nous avons aussi une recette de Storzapreti, c’est une version des gnocchis mais à base d’épinards, d’oeufs, de brocchiu frais, avec les herbes du maquis pour parfumer, le tout gratiné au four dans une sauce tomate forcément maison, une tuerie que l’on met longtemps à préparer et que l’on engloutit à s’en faire exploser la panse comme les prêtres qui étaient invités à ce repas!!!! un excellent moyen de camoufler les épinards pour les gamins, et je dois dire à ma (fausse) grande honte que je l’ai fait très souvent…

    J'aime

    • silviagollini dit :

      Miam Monique ça donne l’eau à la bouche votre plat…comment s’appellent – ils? Et pourriez vous s’il vous plait me donner les proportions j’ai très envie de les essayer!!! Bonne journée!

      J'aime

  2. Austin Bluto dit :

    I’ve been absent for some time, but now I remember why I used to love this site. Thank you, I’ll try and check back more frequently. How frequently you update your website?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.