Coquille St. Jacques sur lit de purée de topinambour

Depuis que je suis en France, j’ai appris à connaitre les topinambours pour deux raisons, avant même d’en goûter le saveur délicat et artichoqué. La première est la plus noble, c’est que beaucoup de personnes, y compris mon beau père, ne peuvent pas les supporter car ils ont été la seule nourriture pendant la Deuxième Guerre Mondiale et donc que d’y penser les dégoûtent. La deuxième est beaucoup moins noble. Ça a commencé pendant un dîner, ou tout le monde pouffaient que à les nommer et je ne comprenais pas pourquoi. Ma règle d’or en tant qu’étrangère qui souvent ne comprend pas bien ce qui se passe, est que quand tout le monde rit, moi aussi je me mets à rire ne fusse que parce que l’hilarité générale est contagieuse. Mais cela m’enlève la possibilité de demander pourquoi tout le monde rit. Donc aucun progrès sur le mystère topinambour. Après ça a continué, bref je me suis petit à petit rendu compte que chaque fois que les pauvres topinambours étaient nommées il se passait quelque chose de très drôle mais indicible en publique. Et bien, je suis en fin parvenue à découvrir que apparemment, les topinambours, ça cause des problèmes de gaz intestinaux. Et aussi, en cherchant la motivation de ce désagrément, j’ai découvert que la substance responsable de tout cela s’appelle inuline, un sucre qui sert à la plante pour grandir mais que notre système digestif est incapable de le digérer. Et voici le mystère clarifié. Apparemment il faut les cuire avec des substances qui seraient capables de contraster cet effet, comme par exemple des grains d’anis ou de fenouil. Pour cette préparation j’ai pris le risque, je ne voulais pas que des saveurs d’anis non prévus dans la recette viennent polluer mon plat. Qui est divin, délicat, parfumé, et bon après on en verra les conséquences :-)!

Topinambour et st Jacques

Coquille St. Jacques sur lit de purée de topinambour

Ingrédients (4 personnes)

  • 4 belles coquilles St. Jacques
  • 500 grammes de topinambours
  • 1/2 litre de lait
  • une cuillère à soupe d’huile d’olive vierge extra
  • 25 grammes de beurre
  • sel et poivre

Laver et peler les topinambours et les mettre dans une casserole, couverts de lait. Mettre la casserole sur le feu et laisser cuire les topinambours dans le lait bouillant pendant une quarantaine de minutes à feu baisse. Tester à la fin de ce temps les légumes, qui doivent être devenus très souples et laisser rentrer une fourchette facilement. Les enlever du feu , les égoutter (normalement le lait aura été presque tout absorbé) et les écraser à la fourchette ou au presse-patates. Ajouter une cuillère à soupe d’huile d’olive et bien mélanger. Pendant ce temps mettre du beurre à chauffer dans une poêle et le faire brunir. Poser dedans les coquilles et les cuire 2 minutes de chaque côté. Dresser le plat en mettant quelques cuillères à soupe de purée sur le fond, poser une coquille au milieu, une cuillère du fond de cuisson des coquilles et finir avec un tour de moulin de poivre. Servir tiède.

Publicités
Cet article, publié dans Entrée, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Coquille St. Jacques sur lit de purée de topinambour

  1. La lecture de tes billets sont toujours un bon moment ! Un grand merci !

    J'aime

  2. Miam, j’adore les topinambours!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s