Brioches des Grisons

Quelle histoire cette brioche!!  Je l’ai trouvée hier dans un vieux livre et j’ai pensé qu’elle était parfaite pour un thé d’automne, avec un temps de chien comme ce qu’il y avait dehors, pour se réconforter du fait que l’été, ben oui, elle est presque finie…la typique recette à faire en se relaxant, les mains dans la pâte à pétrir et le regard à la fenêtre sur le ciel gris et la pluie qui tombe…En fait elle m’a démenti tout de suite…très difficile à pétrir, demandeuse de plein d’attention et, à un certain moment désespérante, avec par contre un résultat final complètement étonnant, imprévu et super!! Donc disons que le processus de production n’a pas du tout été ce que j’avais souhaité mais que le résultat a été exactement ce que je recherchais : une brioche parfumée,  onctueuse, souple, qui a bien accompagné le petit déjeuner du lendemain…à l’heure du thé en fait, le soleil était revenu 🙂

Brioches des Grisons

Ingrédients (pour 6 grosses brioches)

  • 520 grammes de farine
  • 120 grammes de beurre
  • 120 grammes de sucre
  • 42 grammes de levure boulangère fraîche
  • 3 œufs + une pour badigeonner les brioches
  • 100 grammes de raisins de Corinthe
  • lait
  • zestes d’un citron bio
  • sel
  • sucre cristallisé
  • deux cuillères d’eau de fleurs d’oranger (facultatives)

Tamisez la farine et disposez la en fontaine sur la planche à pâtisserie. Incorporer la levure délayée dans 80 ml de lait légèrement tiédi et sucré. J’ai suivi à la lettre cette procédure, le résultat est une espèce d’ensemble brisé qui ne m’avait pas fait une très bonne impression mais voilà…Pendant que ce mélange lève, faites fondre au bain marie le beurre et laissez-le refroidir; mettez les raisins de Corinthe à tremper dans l’eau. Mélangez dans un petit verre le lait, les œufs, le sucre, le beurre fondu et une pincée de sel. Incorporez la pâte, qui a levé, dans cette crème, ajoutez les zestes du citron et les raisins de Corinthe et, si vous l’aimez, l’eau des fleurs d’oranger. Pétrissez bien et laisser lever encore une heure. Après cette phase j’ai regardé ma pâte et c’est la où j’étais désespérée…pleins de petits grumeaux, un aspect pas trop levée et comme l’impression d’être en train de rater ma brioche et gaspillé mes précieuses œufs du panier…Mais heureusement j’ai continué quand même, de toute façon une foie arrivée là ça n’avais pas trop de sens de tout jeter…Donc après il faut  diviser  la pâte en boules d’environs 100 grammes chacune (je conseil de les faire plutôt de 80 grammes, elles gonflent beaucoup en cuisant) et avec chacune des boules faire un boudin, le plier en deux et le rouler un petit peu sur lui même. Allumer le four 180°, pour qu’il soit bien chaud. Placer après les brioches sur la plaque à four, badigeonner d’œufs  : ça je n’ai pas fait, vous les voyez, dans la photo elles sont restées opaques mais c’était encore le moment ou je n’avais plus aucune confiance dans la réussite 😦 mais regardez à quoi elles ressemblaient!!

Saupoudrer chaque brioche d’abondant sucre cristallisé, laisser encore gonfler une trentaine de minutes, mettre au four et cuire pendant 25/30 minutes. Et là j’ai commencé à me dire que le parfum qui sortait ne pouvait pas venir de quelque chose de si mauvais que ça…à leur sortie les brioches étaient très belles et parfaitement cuites. La preuve du goût du matin après à fait que vous le voyez ici, simplement délicieuses…

Publicités
Cet article, publié dans Brioche, Oeufs, Petit déjeuner, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s