Bagna Cauda

Comment concilier une journée à Paris, un train en retard, un dîner post-carbone? pas évident, j’avais par exemple à l’esprit une super recette de gâteau que je voulais absolument expérimenter mais j’ai du renoncer…par contre je n’ai pas voulu renoncer à essayer une recette très connue en Italie, en particulier au Piemonte, mais aussi en Provence et que j’avais vu sur le facebook d’un copain italien, la bagna cauda. Cette sauce accompagne, normalement, toute sorte des légumes, même si mes copains Brio et Davide soutiennent que les restes sont à consommer avec le boeuf qui est servi pour faire le court bouillon, et comme le dit son nom est à servir « cauda », c’est à dire chaude et donc il faut la mettre dedans un récipient qui est fait express, en terre cuite mais hélas introuvable à Fontainebleau…j’ai donc replié sur un chauffe-beurre qui a très bien servi pour garder ma bagna cauda bien au chaud jusqu’à la déposition sur ses légumes.

Bagna cauda

Ingrédients

Pour la sauce

  • deux têtes d’ail (oui 🙂 )
  • un verre de lait
  • une noix de beurre
  • abondant huile d’olive vierge extra (très bon, c’est essentiel)
  • 200 grammes d’anchois égouttées

Les légumes

  • une dizaine de pommes de terre
  • quatre oignons entre blanches et rouges
  • 400 grammes de cerfeuil bulbeux
  • un brocoli
  • une botte de carottes
  • un grand fenouil
  • deux radis noirs
  • une belle salade frisée
  • cinq endives
  • cinq poivrons

Bien nettoyer l’ail, c’est essentiel, comme il y en a vraiment beaucoup, d’enlever tous les germes de chaque gousse, autrement la sauce va devenir indigeste. Le hacher finement, le mettre à frire dans le beurre, en faisant très attention qu’il ne change pas de couleur. Quand il a cuit quelques minutes, ajouter le lait baisser la flamme au minimum, laisser cuire pendant 45 minutes. Si jamais le lait finit en rajouter un petit peu. Quand le temps est passé prendre les anchois égouttées et le mettre dans la poêle ou l’ail a cuit. Laissez-les fondre (quelque minute est suffisant) et passer au robot pour obtenir une crème bien lisse, en rajoutant de l’huile d’olive. Bien émulsionner et réserver.

Pour ce qui est des légumes j’ai mis d’abord à cuire les pommes de terre au four pour qu’elles cuisent en robe de chambre (une heure 180° au four), après les oignons, 45′, après les cerfeuil bulbeux 30′, tous arrosés (sauf pommes de terre) d’un filet d’huile d’olive. J’ai cuit les poivrons, seul légume bio mais hors saison (je déconseille, cvd ils n’avait aucun gout) à cuire pendant 20 minutes au four pour leur enlever la peau; après je les ai coupés en lanières. Le reste des légumes je les ai nettoyés et épluchés et disposés sur de plat.

Quand tous les légumes sont prêts mettre la sauce dans le pot, allumer la chandelle en dessus et emmener tout à table…si en plus il y a le pain fait par Dominique  et le chèvre de Christian le bonheur est assuré!

 

Le pain de Dominique

Publicités
Cet article, publié dans Accompagnement, Apéro, Italie, Oignons, Plat principal, Poivron, Pommes de terre, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Bagna Cauda

  1. Dominique dit :

    Voilà, nous venons de déguster un excellent plat de légumes Silvia (endives, betteraves, rutabaga, oignons rouges et p de terre): délicieux. Les enfants étaient dubitatifs lorsqu’ils ont vu tout cet amoncellement végétal dans le tagine, et lorsque la sauce arriva sur la table – après les odeurs caractéristiques dans la cuisine! – leurs yeux se sont ouverts un peu plus… mais à la fin du repas… les assiettes étaient vides!
    Par contre j’ai eu un peu de souci pour garder la sauce en émulsion: l’huile d’olive s’est décantée et ça paraissait un peu gras dans l’assiette -> comment fais tu Silvia?

    Sinon, BRAVO pour ce dépaysement dans tes racines familiales.

    • silviagollini dit :

      Dominique!! bonjour à toi! Comment tu as procédé pour faire la sauce? je vais voir si j’arrive à trouver une réponse si non je regarderai ici http://bressanini-lescienze.blogautore.espresso.repubblica.it/ Pour tout ce qui est de la chimie des aliments ce site donne des très bonnes explications. Lui il est un chimiste/gourmet italien, Dario Bressanini , par lequel j’ai, par exemple, appris qu’il y a une raison chimique pour pas mettre du sel quand tu fait monter les œufs pour les meringues (chose que j’avais toujours faite…). Dans l’attente de nous trouver une réponse je t’embrasse, la semaine prochaine je ne serais pas la mais celle d’après j’aimerais bien qu’on puisse se voir pour un diner chez moi!! Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s